Après la prise du Panchir, les talibans annoncent la « fin de la guerre » – Le Monde

Spread the love
Zabihullah Mujahid, l’un des porte-parole du mouvement taliban, annonce la prise de la vallée du Panchir, à Kaboul, le 6 septembre 2021.

« Dans les années 1990, nous avons déjà connu une situation semblable, nous sommes prêts à affronter les jours difficiles. » Au Monde qui l’interrogeait fin août, Fahim Dashti, l’un des assistants d’Ahmad Massoud, le fils du fameux commandant Ahmad Shah Massoud dit le « Lion du Panchir », assurait que les hommes qui forment la coalition antitalibane du Front national de résistance (FNR) étaient prêts à résister. Dimanche 5 septembre, Fahim Dashti est mort au combat dans la vallée du Panchir, presque vingt ans jour pour jour après avoir miraculeusement survécu à l’attentat-suicide perpétré par Al-Qaida qui a coûté la vie à Ahmad Shah Massoud, dont il était proche, le 9 septembre 2001.

Le lendemain, lundi, les talibans ont affirmé avoir pris le contrôle « complet » de la vallée bastion historique de la résistance contre le mouvement fondamentaliste. « Avec cette victoire, notre pays est désormais complètement sorti du marasme de la guerre. Le Panchir, qui était le dernier repaire de l’ennemi en fuite, est conquis », s’est félicité Zabihullah Mujahid, l’un des porte-parole du mouvement, tout en promettant aux habitants de la région – majoritairement issus de la minorité tadjike – qu’ils seraient en sécurité et ne feraient l’objet d’aucune discrimination. Il a assuré que l’électricité et les télécommunications seraient rétablies dans la province. Dans un message enregistré, Ahmad Massoud a répondu en appelant chaque Afghan à « se soulever pour la dignité, la liberté et la prospérité » du pays.

Depuis le 22 août, les talibans avaient massé des troupes aux abords de cette province enclavée, entourée de pics montagneux, à une centaine de kilomètres au nord de Kaboul. La vallée abrite le dernier foyer d’opposition armée aux talibans qui ont pris le pouvoir le 15 août après une campagne militaire éclair.

Sérieuses mises en garde

Rassemblés autour de l’ex-vice président du régime déchu, Amrullah Saleh, et Ahmad Massoud, plusieurs milliers d’hommes – anciens militaires et miliciens locaux – avaient juré de se battre jusqu’à la mort. La vallée, dont l’accès s’ouvre par un étroit défilé avec des parois qui tombent à pic dans la rivière et qui est fermée au nord par des massifs culminant à 6 000 mètres d’altitude, avait échappé, entre 1996 et 2001, aux tentatives d’occupation par les talibans, alors que ceux-ci dirigeaient le pays jusqu’à l’intervention américaine. Une décennie auparavant, ses habitants avaient opposé une résistance farouche aux troupes d’occupation soviétique, entre 1979 et 1989.

Il vous reste 61.92% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply