Après Apple, c’est au tour de Google de contre-attaquer face à Epic Games

Spread the love
Après Apple, c'est au tour de Google de contre-attaquer face à Epic Games

Google accuse Epic Games d’avoir rompu son contrat lorsqu’il a introduit un nouveau système de paiement pour contourner les systèmes de paiement du Play Store et les commissions sur les achats in-app.

Dans sa plainte, Google allègue qu’Epic a délibérément violé les termes d’un contrat qui permettait à Fortnite de résider dans le Play Store en soumettant une version de l’application contenant une méthode de paiement qui n’était pas la facturation Google Play pour les achats in-app.

publicité

Epic se serait enrichi aux dépens de Google

Google affirme que ce non-respect du contrat permet à des millions d’utilisateurs d’Android qui ont téléchargé l’application Fortnite via le Play Store d’être toujours en mesure d’accéder au système de paiement externe d’Epic, malgré le retrait de l’application du magasin officiel Android. Google précise que cette situation permet à Epic de se soustraire aux frais de service convenus contractuellement.

« Epic s’est enrichi injustement, de manière alternative, aux dépens de Google », peut-on lire dans la plainte. « Les utilisateurs comme les développeurs ne sont pas obligés d’utiliser Google Play, ils choisissent parmi différents magasins d’applications Android et canaux de distribution. Google soutient ce choix à travers Android lui-même, les règles de Google Play et les accords de Google avec les développeurs et les fabricants d’appareils. »

Ce que souligne Google dans cette déclaration, c’est qu’Epic Games aurait tout à fait pu proposer l’application Fortnite avec un système de paiement externe aux utilisateurs d’Android. Mais l’éditeur aurait dû le faire en dehors du Play Store. Google rappelle ainsi que les développeurs d’applications Android ne sont pas obligés d’utiliser le Play Store, contrairement à ce qui est proposé sur iOS par Apple, avec qui Epic Games est également en procès.

Google voulait Epic

Google cherche à obtenir une compensation pour le montant qu’il a perdu du fait que des utilisateurs accèdent au système de paiement externe d’Epic par le biais d’une application téléchargée sur le Play Store.

Jusqu’à présent, le procès Epic-Google a donné lieu à des documents indiquant que Google aurait tenté d’acquérir Epic car le développeur de jeux était considéré comme une menace pour son app store. Selon un document soumis par Epic, Google était menacé par ses plans visant à contourner la commission officielle du Play Store de Google en distribuant Fortnite par d’autres canaux.

Un autre document judiciaire d’Epic affirme que Google a envisagé d’approcher Tencent, qui détient une participation minoritaire dans Epic, pour acheter sa part. Selon ce document, Google aurait envisagé de s’associer à Tencent pour acquérir la totalité d’Epic.

La plainte de Google intervient plus d’un an après le dépôt par Epic de la plainte initiale, qui accusait Google d’être anticoncurrentiel et monopolistique. Ces accusations ont été formulées après que Google a retiré Fortnite du Play Store.

Epic/Apple

Parallèlement au procès Epic-Google, Epic a engagé un combat juridique similaire avec Apple. Mais le procès est plus avancé, et une décision de justice a été rendue le mois dernier, donnant en partie raison à Apple, en partie raison à Epic Games.

Du côté d’Apple, la juge a estimé que le géant de Cupertino n’était pas en situation de monopole, et qu’il a eu raison de bannir Epic Games de son App Store, obligeant l’éditeur de jeux vidéos à verser des millions de dollars à Apple pour les revenus perçus par son système de paiement externe auprès des utilisateurs ayant téléchargé l’application Fortnite via l’App Store.

Par ailleurs, elle a également accusé Apple d’avoir adopté un comportement anticoncurrentiel, l’exhortant à supprimer la règle de son App Store qui empêche les développeurs d’ajouter des liens in-app vers des sites de paiement.

Apple et Epic se sont tous deux opposés ; Apple demandant un sursis pendant la durée du procès, et Epic faisant simplement appel de la décision.

Les deux actions en justice étant toujours en cours, les applications d’Epic continuent d’être interdites sur l’App Store et le Play Store.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply