Apple Watch : Apple accusée d'enfreindre des brevets liés à la santé

Spread the love

Sale temps pour les géants du numérique, accusés de voler des plus petits qu’eux. Après la plainte de Sonos contre Google, Masimo, une entreprise du secteur médical, s’attaque à Apple.

Masimo est à l’origine d’une technologie qui mesure les constantes du corps humain à l’aide d’une méthode non invasive exploitant des rayons lumineux. Apple est accusée de violer dix brevets dans les Apple Watch Series 4 et 5, dont un portant sur mesure de la saturation du sang en oxygène.

Le spécialiste de la santé déclare que la Pomme a fait preuve de fourberie, puisqu’après plusieurs rendez-vous en 2013 pour une éventuelle collaboration, Apple a finalement recruté des personnes clés de son équipe, à savoir Michael O’Reilly, responsable des services médicaux, et Marcelo Lamego, directeur de la technologie de Cercator, filiale de Masimo.

Un périphérique pour iPhone de Masimo qui mesure le taux d’oxygène présent dans le sang ainsi que la fréquence cardiaque.

Des recrutements qualifiés par le fabricant d’«effort ciblé pour obtenir des informations.». Et on peut dire que le patron l’avait vu venir. En 2014, le patron de Masimo avait fait part de son aveu de faiblesse en expliquant qu’Apple offrait de beaux salaires et que certaines recrues emportaient avec elles des secrets bien gardés. « J’espère seulement qu’Apple n’est pas en train de faire ce que nous faisons déjà », déclarait-il.

Avec cette plainte, Masimo veut empêcher Apple d’utiliser ses technologies brevetées, remettre la main sur les données volées et obtenir des dommages et intérêts.

Ce n’est pas la première fois que la Pomme est accusée de piller d’autres sociétés. En octobre dernier, Bluemail a poursuivi Apple pour l’usage de sa technologie de messagerie. Plus récemment, un cardiologue a trainé la firme de Cupertino en justice affirmant qu’elle utilise, sans son accord, une méthode de détection des problèmes cardiaques qu’il a mis au point.

Leave a Reply