Afin de se conformer à la législation russe, Apple stocke sur des serveurs russes, les données de ses utilisateurs. Ainsi, selon un document dévoilé récemment par le gouvernement, cela concerne les noms, les adresses postale et électronique ainsi que les numéros de téléphone. En revanche, les messages, les photos, les listes de contacts et autres documents personnels sont exclus et restent conservés localement, sans toucher à l’enclave sécurisée de l’iPhone. De plus, des dispositions un peu plus intrusives sont également prévues pour les salariés, comme les numéros de passeport, des informations liées à des précédents contrats de travail voire des données sur les revenus, ainsi que des rapports complets sur les adresses. Pour Apple, se conformer à ce genre de normes n’est pas une nouveauté, elle avait déjà dû faire de même pour iCloud en Chine, l’an dernier.

À ce sujet, la firme tient un discours assez ambivalent. D’un coté, en tant que membre du groupe industriel DigitalEurope, Apple avait réagi contre cette loi russe datant de 2014, affirmant que les lois sur la localisation des données, « qu’elles soient destinées à empêcher l’espionnage ou à garantir la confidentialité et la sécurité des données, n’avanceraient pas et, dans de nombreux cas, entraveraient ces objectifs ». Mais de l’autre, elle est bien forcée d’appliquer les textes…

Source

Let a comment