Amazon dit définitivement �bye bye� à Oracle

75 pétaoctets. C’est le volume de données qu’Amazon a déplacé depuis 7.500 bases de données Oracle vers Amazon Web Services (AWS). Le cyber commerçant vient d’annoncer qu’il avait achevé cette migration technique pour l’ensemble de l’infrastructure qui sous-tend son activité grand public : achats complexes, gestion des catalogues, exécution des commandes, comptabilité et les workload pour le streaming vidéo.

Grâce à cette opération, Amazon dit avoir réduit les coûts de ses bases de données de plus de 60% et abaissé de 40% la latence des applications consommateurs. “Au fil des ans, nous nous sommes rendu compte que nous passions trop de temps à gérer et à faire évoluer des milliers de bases de données Oracle existantes. Au lieu de se concentrer sur un travail différencié de grande valeur, nos administrateurs de bases de données (DBA) ont simplement passé beaucoup de temps à maintenir les lumières allumées pendant que les taux de transactions et la quantité totale de données stockées augmentaient”, écrit AWS dans un billet de blog. 

Plus d’une centaine d’équipes Amazon ont participé à cette migration, dont celles d’Amazon Prime, Prime Video, Amazon Music, Kindle et toutes celles traitant les paiements, l’approvisionnement, les retours produits, les catalogues, la livraison, les paiements, la place de marché, etc. (Eureka Presse)

 

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply