Alpes-Maritimes : le bilan des crues atteint 5 morts, annonce Macron – Le Figaro

Spread the love

Emmanuel Macron est arrivé mercredi 7 octobre dans les vallées des Alpes-Maritimes frappées par des pluies torrentielles et des crues brutales. Après une première étape à Tende, il est arrivé en fin d’après-midi à Breil-sur-Roya pour apporter son soutien aux habitants des Alpes-Maritimes traumatisés par les crues exceptionnelles du 2 octobre. Il a annoncé depuis la gare du village que le bilan avait atteint 5 morts et 7 disparus. Les autorités évoquaient jusqu’à maintenant 4 morts, 8 disparus et 13 «supposés disparus».

À Tende, le chef de l’État a indiqué que l’arrêté proclamant l’état de catastrophe naturelle avait été signé permettant de «déclencher les indemnisations». «L‘arrêté catastrophe naturel qui classe 55 communes va être publié demain matin au journal officiel afin de déployer les aides et l’ensemble des assureurs», a ensuite précisé Emmanuel Macron lors d’un point presse à Breil-sur-Roya. Pour obtenir une indemnisation, la demande devra être faite à une compagnie d’assurances, au plus tard dans les 10 jours après la publication au Journal officiel de l’arrêté. Il a également annoncé son intention de débloquer le fonds Barnier créé en 1995. Ce dernier finance les expropriations de biens exposés à un risque naturel mais intervient également plus largement pour indemniser les catastrophes naturelles. 80% du coût des maisons à reconstruire seront pris en charge, a assuré Emmanuel Macron tout en prévenant que tout ne serait pas reconstruit à l’identique «car il faut quelque chose de résilient». 50 millions d’euros sont déjà mobilisés dans ce fonds pour accompagner «jusqu’à 80% les personnes qui veulent reconstruire», a-t-il ajouté.

Emmanel Macron annonce une aide de 100 millions d’euros

«Il va falloir construire un fonds d’urgence Alpes-Maritimes», a souligné Emmanuel Macron précisant que l’Etat allait y contribuer à hauteur de 100 millions d’euros dans les prochains jours: «Ce sont plusieurs centaines de millions d’euros qu’il faudra dépenser, nous allons chiffrer tout cela». Emmanuel Macron a souligné que la priorité restait de «recréer l’accès routier et ferroviaire, ré-acheminer l’eau, l’électricité et la téléphonie partout». Une aide sera également fournie pour les particuliers qui «veulent reconstruire, au-delà de ce que les assurances permettent».

Ces annonces étaient très attendues par les élus locaux qui ont évalué le coût des travaux de reconstruction à un milliard d’euros. Le chantier le plus cher sera la reconstruction de plus de 60 km de routes dans la Roya et la vallée voisine de la Vésubie. «La priorité numéro un c’est le train, avait assuré Emmanuel Macron en répondant à des habitants plus tôt dans la journée. Cela devrait prendre quatre à cinq semaines pour avoir des trajets réguliers». Concernant les routes, un accès va être ouvert par l’Italie, «c’est une question d’heures», a annoncé Emmanuel Macron avant d’ajouter: «pour la route principale, cela va toutefois prendre des mois».

Au début de sa visite, Emmanuel Macron a immédiatement fait le point avec les membres de la sécurité civile et les gendarmes présents dans ce village de la vallée de la Roya, une des plus meurtries par les intempéries. Accompagné du maire de la commune, du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin et de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, le président a «remercié infiniment» les pompiers pour «leur mobilisation».

Le président français a remercié les pompiers mobilisés après la tempête Alex. CHRISTOPHE SIMON / AFP
Emmanuel Macron s’est entretenu avec les services de secours qui viennent en aide aux sinistrés de la tempête Alex. CHRISTOPHE SIMON / AFP

À VOIR AUSSI – Les députés applaudissent le courage des sapeurs-pompiers intervenus dans les Alpes-Maritimes

En plus des services de secours, le président de la République a rencontré les élus locaux et les sinistrés. «J’ai été deux jours sans nouvelles de ma mère, nous avons été abandonnés, l’a d’ailleurs interpellé un jeune Tendasque de 14 ans. On est restés avec ma sœur et mon frère tous seuls, sans nouvelles pendant deux jours.» «Je comprends ce que vous avez vécu et je comprends ce que cela représente, lui a répondu Emmanuel Macron. Tout le monde a fait son maximum.» «La Nation sera présente dans la durée», a-t-il également assuré. «On a eu la sensation d’être oubliés pendant 48 heures, faut pas nous oublier, faut refaire notre belle Roya et qu’on revive», a renchéri une habitante en larmes. Emmanuel Macron lui a mis la main sur l’épaule: «On mettra les moyens, on sera là».

En fin d’après-midi à Breil-sur-Roya, le chef de l’État a discuté avec le maire, Sébastien Olharan, qui lui a fait part du sentiment d’abandon que les Breillois avaient ressenti. «Pendant les premières 24h, on était coupés de tout, on n’a pas vu l’hélicoptère avant de nombreuses heures, a-t-il dénoncé. On n’avait plus d’eau potable et elle n’est arrivée que 24 heures plus tard. On s’est vraiment sentis abandonnés.»

Emmanuel Macron lors de son arrivée à Breil-sur-Roya DANIEL COLE / AFP

Emmanuel Macron doit ensuite se rendre à Saint-Martin-Vésubie et à Nice dans la soirée.

Leave a Reply