Air France va supprimer 7 600 postes, confirme Jean-Baptiste Djebbari – Le Monde

Spread the love
Un Airbus A380 d’Air France à l’aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées, le 19 juin.

Largement touchée par la crise due au Covid-19, Air France prévoit de supprimer près de 7 600 postes, dont un millier dans sa filiale régionale Hop !, a confirmé, mercredi 1er juillet, le secrétaire d’Etat chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Interrogé sur BFM-TV et RMC à propos de ces chiffres révélés mardi par des sources syndicales, M. Djebbari, a déclaré qu’il s’agissait effectivement des « chiffres qui ont été évoqués hier en comité d’entreprise extraordinaire ». Il a ajouté que l’ampleur de cette restructuration envisagée d’ici à 2022 dépendrait « beaucoup, à la fois des dispositifs d’entreprise et de la reprise du trafic ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Inquiétude chez Air France avant l’annonce de coupes dans les effectifs

Fin avril, l’Etat français, actionnaire d’Air France-KLM, a apporté un soutien financier de 7 milliards d’euros au groupe franco-néerlandais, dont quatre milliards de prêts bancaires garantis et 3 milliards de prêt direct, en lui demandant d’améliorer sa rentabilité et son impact environnemental.

« Ce n’est pas sept milliards pour payer des plans sociaux », a insisté M. Djebbari mercredi :

« La France a soutenu Air France. C’est sept milliards pour survivre, pour pouvoir payer les salaires (…) L’Etat a prêté sept milliards pour qu’Air France prenne des engagements environnementaux, ce qu’elle a fait, et qu’elle puisse reconstruire son outil industriel, en restructurant son réseau court-courrier, parce que c’est nécessaire. »

Toujours selon le secrétaire d’Etat, la France a demandé à la direction de la compagnie aérienne « d’avoir le moins de départs contraints possible, d’avoir recours évidemment là aussi aux départs volontaires ».

La compagnie Hop ! particulièrement touchée

La direction doit présenter vendredi aux organisations syndicales les conséquences sur l’emploi de son « plan de reconstruction », qui prévoit une coupe franche dans les liaisons intérieures.

Au sein de la compagnie historique, les 6 560 postes supprimés (sur un peu plus de 41 000 CDI équivalents temps plein) le seront pour partie (3 500) via des départs naturels non remplacés et pour partie via des départs volontaires, même si des départs contraints ne sont pas exclus pour le personnel du réseau court-courrier, selon plusieurs sources syndicales et un document consulté mardi par l’Agence France-presse (AFP).

Lire aussi Air France-KLM enregistre des pertes abyssales avec la crise due au coronavirus

La compagnie régionale Hop !, qui compte actuellement quelque 2 400 postes équivalents temps plein de source syndicale, va être particulièrement touchée par les suppressions de postes : un peu plus de 1 000 doivent disparaître. Ses sites de maintenance à Morlaix et Lille ainsi que sa base de personnel navigant de Toulouse sont menacés, affirment des sources concordantes.

Le choc lié à l’épidémie de Covid-19 a été sans précédent pour le groupe Air France comme pour ses rivaux internationaux, qui ont enchaîné ces dernières semaines les annonces de coupes claires dans leurs effectifs : 22 000 chez le groupe allemand Lufthansa, 12 000 chez British Airways ou encore 10 000 pour l’américain Delta Air Lines.

Lire l’analyse : Le transport aérien mettra au moins trois ans pour sortir de la crise liée au coronavirus

Le Monde avec AFP et Reuters

Leave a Reply