Agression de Yuriy à Paris : les pistes multiples d’une enquête qui débute – Libération

Spread the love

Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage

Violence

Abonnés

Le centre commercial Beaugrenelle dans le XVe arrondissement de Paris, en novembre 2020.
Le centre commercial Beaugrenelle dans le XVe arrondissement de Paris, en novembre 2020. Photo Riccardo Milani. Hans Lucas

Alors que l’adolescent lynché le 15 janvier sort progressivement du coma, les enquêteurs inscrivent cette effusion de violence dans un contexte de rivalités entre bandes. Néanmoins, le mobile précis de la rixe et le ciblage de Yuriy demeurent nébuleux.

Plus d’une semaine après l’agression dont a été victime Yuriy, un adolescent de 15 ans, sur la dalle de Beaugrenelle dans le riche XVarrondissement de Paris, les raisons de cette effusion rare de violence demeurent troubles. Si l’un des axes privilégié de l’enquête, qui s’est ouverte pour «tentative d’homicide volontaire», est celui d’un règlement de comptes entre bandes rivales du sud de la capitale, d’autres hypothèses, telles que des différends d’ordre personnel entre les protagonistes, ne sont pas pour autant refermées.

Vendredi 15 janvier, Yuriy quitte son collège avec deux amis lorsqu’un groupe d’une dizaine de personnes, pour certaines cagoulées et munies de barres de fer, arrive brusquement. A la différence de ses amis, qui parviennent à prendre la fuite, Yuriy trébuche, et se retrouve seul à la merci de ses agresseurs. Selon des images de vidéosurveillance, semble-t-il échappées d’un service de police – une enquête administrative de l’Inspection générale de la police nationa

Libération réserve cet article à ses abonnés
Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous

devices-picture

1 mois pour 1€

Lisez Libé en illimité

  • Tous nos articles en illimité
  • Le journal en version numérique le jour de sa parution
  • Nos newsletters exclusives
  • CheckNews, notre service de fact checking


Willy Le Devin

Dans le direct

Un mot à ajouter ?

Leave a Reply