Afghanistan : trois semaines après la prise de pouvoir des talibans, les premiers vols et un début d’aide humanitaire – Le Monde

Spread the love
Des Afghans se massent devant les entrées de l’aéroport de Kaboul, en Afghanistan, dans l’espoir d’être évacués du pays, en août 2021.

Près d’une semaine après la fin du pont aérien mis en place à l’aéroport de Kaboul, qui a permis l’évacuation de 123 000 Afghans et ressortissants étrangers, les réseaux diplomatiques continuent de s’activer pour tenter de venir en aide aux réfugiés afghans.

  • L’ONU convoque une réunion sur l’aide humanitaire

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, tiendra une réunion le 13 septembre, à Genève, entre Etats membres, afin d’accroître l’aide humanitaire à l’Afghanistan, a annoncé son porte-parole vendredi 3 septembre.

Lors de cette conférence, l’ONU plaidera « pour une augmentation rapide en matière de financement, afin que les opérations humanitaires qui sauvent des vies puissent continuer », précise le porte-parole Stéphane Dujarric dans un communiqué.

L’ONU a repris ses vols humanitaires, jeudi, à destination du nord et du sud de l’Afghanistan, après avoir alerté sur une « catastrophe humanitaire » à venir. Environ 18 millions de personnes se trouvent déjà dans une situation désastreuse dans le pays, et ce nombre pourrait prochainement doubler, selon l’ONU.

Lire le récit : En Afghanistan, le jour d’après le départ des Etats-Unis
  • Le Qatar travaille à la réouverture de l’aéroport de Kaboul

Devenu l’interlocuteur privilégié des talibans, le Qatar a été, mercredi, le premier pays étranger à poser un avion sur le tarmac de l’aéroport de Kaboul depuis le départ des derniers hauts responsables américains. Doha travaille à sa réouverture « dès que possible », a affirmé la diplomatie qatarie. « Nous espérons voir dans les prochaines vingt-quatre ou quarante-huit heures l’ouverture de corridors humanitaires afin que l’aide humanitaire puisse entrer via l’aéroport de Kaboul et les autres aéroports qui fonctionnent », a déclaré à la télévision Al-Jazira depuis l’Afghanistan Mutlaq Al-Qahtani, envoyé spécial du ministre des affaires étrangères. L’émirat a confirmé, jeudi, travailler d’arrache-pied pour reprendre les opérations techniques des structures aéroportuaires.

  • Les Emirats arabes unis envoient un avion humanitaire

De leur côté, les Emirats arabes unis ont prévu d’envoyer un avion chargé d’« aide médicale et alimentaire d’urgence » en Afghanistan, sans préciser toutefois vers quelle région. Selon le ministère des affaires étrangères émirati, « il s’agit du premier vol humanitaire [émirati] depuis les récents événements en Afghanistan ».

Le prince d’Abou Dhabi, Mohammed Ben Zayed, rend visite aux familles évacuées d’Afghanistan, le 1er septembre 2021.

L’aide émiratie, destinée à des « milliers de familles » afghanes, « fait partie du rôle humanitaire joué par les Emirats arabes unis dans le but de fournir un soutien complet au peuple frère afghan », a déclaré, de son côté, l’agence de presse officielle WAM, citant un communiqué officiel. Les Emirats accueillent aussi sur leur territoire « des milliers de familles afghanes (…) temporairement » et leur assurent « une vie décente », assure ce communiqué.

  • Reprise des vols domestiques

Près de trois semaines après la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan, une première compagnie aérienne afghane, Ariana Afghan Airlines, a annoncé, vendredi 3 septembre, la reprise de ses vols domestiques.

« Nous avons reçu le feu vert des talibans et des autorités de l’aviation et nous prévoyons de reprendre les vols aujourd’hui », a ainsi déclaré Tamim Ahmadi, un cadre de la compagnie nationale. Ariana dispose d’une très petite flotte d’aéronefs souvent vétustes et elle est interdite de vol aux Etats-Unis et dans l’Union européenne.

Des militaires britanniques montent à bord d’un avion pour quitter l’Afghanistan, le 28 août 2021.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Turquie, l’afflux de réfugiés crispe l’opinion
  • Le secrétaire d’Etat américain bientôt au Qatar

Antony Blinken a annoncé, vendredi, qu’il se rendrait en début de semaine prochaine au Qatar, où se sont repliés les diplomates américains chargés de l’Afghanistan. C’est aussi dans cet émirat que se déroulent les principales discussions de la communauté internationale avec les talibans.

Le secrétaire d’Etat profitera de cette visite pour exprimer sa « profonde gratitude » aux dirigeants du Qatar, plateforme clé pour l’évacuation d’étrangers d’Afghanistan ainsi que d’Afghans susceptibles de subir des représailles des talibans. L’évacuation des Américains et des Afghans « à risque » toujours sur place est la priorité de Washington.

Antony Blinken n’a pas précisé s’il parlerait personnellement à Doha avec des représentants des nouveaux maîtres islamistes de Kaboul. Mais les Etats-Unis maintiennent des « canaux de communication » avec les talibans, a affirmé le secrétaire d’Etat qui souhaite que le nouveau gouvernement, qui se fait toujours attendre, sera « représentatif des différentes communautés et des différents intérêts en Afghanistan ». Mais les « actes » et les « politiques » de ce futur gouvernement seront « aussi importants » que sa composition, a-t-il prévenu.

Il se rendra dans la foulée en Allemagne, pour la tenue d’une réunion ministérielle de vingt pays sur l’Afghanistan.

  • L’UE veut maintenir une présence à Kaboul

Contrairement aux Etats-Unis, les pays de l’Union européenne (UE) ont décidé de maintenir une présence européenne à Kaboul, si « les conditions de sécurité le permettent », a affirmé le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell. 

« Nous avons décidé de coordonner nos contacts avec les talibans, y compris via une présence à Kaboul », a-t-il déclaré devant la presse après une réunion des ministres des affaires étrangères de l’UE en Slovénie. L’objectif est de poursuivre les évacuations des personnes souhaitant quitter l’Afghanistan, a-t-il précisé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Plusieurs pays européens privilégient la sécurité à la solidarité avec les réfugiés

L’UE souhaite aussi collaborer avec les pays voisins de l’Afghanistan. Mardi, à l’occasion d’une réunion de leurs ministres de l’intérieur, les Vingt-Sept se sont engagés à les soutenir dans l’accueil des réfugiés fuyant les talibans. L’Union souhaite éviter un afflux migratoire sur son sol. Le Pakistan et l’Iran accueillent les plus gros contingents de réfugiés afghans.

Notre sélection d’articles sur l’Afghanistan

Retrouvez nos articles concernant la situation en Afghanistan dans notre rubrique.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply