Afghanistan : les talibans s’en prennent à des Afghans ayant collaboré avec les Américains, alerte l’ONU – Le Parisien

Spread the love

Malgré leur promesse de ne pas chercher à se venger de leurs opposants, les talibans auraient intensifié leur traque des Afghans ayant travaillé avec les forces étrangères, selon un document confidentiel des Nations unies. Le rapport, rédigé par un groupe d’experts d’évaluation des risques pour l’ONU et consulté jeudi par l’AFP, affirme que les talibans possèdent ainsi des « listes prioritaires » d’individus qu’ils souhaitent arrêter.

Les plus à risque sont ceux qui occupaient des postes à responsabilité au sein des forces armées afghanes, de la police et des unités de renseignement, selon le document. Les talibans ont effectué des « visites ciblées porte-à-porte » chez les individus qu’ils veulent arrêter ainsi que chez les membres de leur famille, précise le rapport. Il ajoute que les insurgés filtrent les individus souhaitant accéder à l’aéroport de Kaboul et qu’ils ont mis en place des points de contrôle dans les plus grandes villes.

« Ils ciblent les familles de ceux qui refusent de se rendre et poursuivent et punissent les familles selon la charia », a déclaré Christian Nellemann, directeur de ce groupe d’experts, le Centre norvégien d’analyses globales. « Nous nous attendons à ce que les individus ayant travaillé pour les forces américaines et de l’Otan et leurs alliés, ainsi que les membres de leurs familles, soient menacés de torture et d’exécutions ».

Des milliers de civils en attente d’un vol

À Kaboul, des milliers de personnes convergent vers l’aéroport depuis que les talibans ont pris la capitale dimanche, après vingt années de guerre contre les États-Unis et l’Otan. Des milliers de civils afghans espèrent toujours trouver un vol pour fuir. Dans ce contexte, le G7 et plusieurs agences de l’ONU ont appelé les talibans à laisser passer en toute sécurité les Afghans et les étrangers voulant partir. Alors que le département d’État américain a relayé le même message, le Pentagone a laissé entendre que la situation s’améliorait.

Les talibans ont promis de « nombreuses différences » dans la manière de gouverner par rapport à leur précédent règne, entre 1996 et 2001 et ont indiqué vouloir établir « de bonnes relations diplomatiques » avec tous les pays. La Chine, la Russie, la Turquie et l’Iran avaient précédemment émis des signaux d’ouverture. Les pays occidentaux attendent de juger « sur les actes ». Car pour nombre d’Afghans comme pour la communauté internationale, la méfiance reste de mise.

Un proche d’un journaliste tué par les talibans

Nombre de journalistes – quatre d’entre eux ont été perquisitionnés – et d’anciens employés d’organisations et d’ambassades occidentales se disent terrifiés. Les dernières nouvelles ne peuvent leur donner tort : à la recherche d’un reporter travaillant pour un média allemand, des talibans ont tué par balle un membre de sa famille et en ont blessé gravement un autre en Afghanistan, selon une radio allemande sur son site.

L’identité du journaliste visé, qui est désormais installé en Allemagne, n’a pas été précisée. Plusieurs autres membres de sa famille ont été en mesure de prendre la fuite in extremis tandis que les talibans faisaient du porte-à-porte pour lui mettre la main dessus.

Selon la radio allemande, ces derniers ont mené des raids dans les domiciles d’au moins trois de ses journalistes. Le média souligne également que le reporter Nematullah Hemat, de la chaîne privée de télévision afghane Ghargasht TV, aurait été enlevé par les talibans et que le patron de la station de radio Paktia Ghag avait été abattu.

Leave a Reply