Afghanistan : l’aéroport de Kaboul, en proie au chaos, dernière chance de fuir le nouveau régime taliban – Le Monde

Spread the love
Des enfants attendent d’être évacués, à l’aéroport de Kaboul, le 19 août 2021.

Le terme de « chaos » n’est pas un vain mot pour définir la situation qui règne autour de l’aéroport de Kaboul, dernière enclave contrôlée par des forces étrangères en Afghanistan, alors que des milliers d’Afghans tentent d’y pénétrer pour fuir le nouveau régime taliban. Qualifiée, vendredi 20 août, par le président américain, Joe Biden, de « l’une des opérations d’évacuation les plus difficiles » de l’histoire des Etats-Unis, elle met à rude épreuve les caractères les plus solides et l’issue de vingt ans de présence occidentale dans le pays. Le Monde a pu contacter des sources militaires et policières présentes dans l’enceinte même de l’aéroport de Kaboul assiégé par des dizaines de milliers d’Afghanes, d’Afghans, souvent venus avec leurs enfants, dans l’espoir de franchir les hauts murs de protection et les deux ou trois rangées de barbelés.

Lire aussi : Joe Biden mis à l’épreuve par l’évacuation des Américains

Chargés de sécuriser l’enceinte de l’aéroport, les 6 000 marines américains et les centaines de SAS britanniques et de soldats français du commandement des opérations spéciales (COS) ne veillent pas seulement à ce que les avions puissent atterrir et décoller. Des blindés anglo-saxons ont été postés contre les portes des trois principaux accès à l’aéroport afin qu’elles ne soient pas enfoncées par la foule. Par ailleurs, ils sont, chaque jour, missionnés par leur gouvernement respectif et les ambassadeurs encore sur place, pour tenter d’aller chercher des aspirants au départ bloqués de l’autre côté des murs d’enceinte.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Tensions et dérapages autour du pont aérien pour fuir Kaboul

« Un défi épineux »

Les scènes les plus dramatiques se déroulent souvent lors de ces tentatives de récupération. Car les soldats ne peuvent pas sortir de l’aéroport, zone sous contrôle taliban. Ils aperçoivent souvent, derrière la foule agglutinée, à quelques dizaines de mètres, les personnes qu’ils sont supposés récupérer. Ce fut le cas, vendredi, pour le groupe de 25 Afghans, recommandés par Benoît Hamon, l’ancien candidat à l’élection présidentielle française, que les membres du COS et les policiers français du RAID n’ont pas pu atteindre alors qu’ils se trouvaient à « 25 mètres », selon le témoignage d’un témoin direct. Au même moment, ils pouvaient voir une femme lancer son bébé sur les barbelés dans l’espoir qu’il soit sauvé par les soldats et qu’elle soit admise à le rejoindre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Afghanistan : à l’OTAN, les Européens demandent des garanties aux Etats-Unis sur le pont aérien

C’est l’un des paradoxes de cette opération, a insisté, vendredi, le chef de l’Alliance atlantique (OTAN), Jens Stoltenberg : « Nous avons davantage d’avions que de passagers, car c’est un défi de plus en plus épineux de permettre à ces personnes d’arriver jusque dans l’aéroport. » D’où la solution provisoire et ponctuelle trouvée, samedi, de rassembler les gens dans d’autres points de la capitale et d’aller les chercher en hélicoptère. D’après une source américaine issue de la communauté du renseignement, les talibans ne quadrillent pas les abords de l’aéroport conformément à leur engagement auprès de Washington afin de ne pas interférer dans l’opération en cours. Néanmoins, les nouveaux maîtres du pays apprécient peu la prolongation de ces évacuations. Vendredi, en déplacement à Khost (est), l’un des poids lourds du régime, Anas Haqqani, a ainsi déclaré que « les personnes qui se pressent à l’aéroport de Kaboul pour fuir sont une insulte faite au pays ».

Il vous reste 39.73% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply