Afghanistan : Joe Biden avertit d’une attaque «très probable» à l’aéroport de Kaboul «dans les 24 à 36 heures» – Le Parisien

Spread the love

Malgré la fin progressive des évacuations, la tension autour de l’aéroport de Kaboul reste extrême. Le président américain, Joe Biden, a averti samedi qu’une attaque y était « très probable » « dans les 24 à 36 heures ». « La situation sur les lieux reste extrêmement dangereuse et la menace d’une attaque terroriste contre l’aéroport demeure élevée », a écrit le président américain dans un communiqué, après une rencontre avec ses conseillers militaires et de sécurité.

Les États-Unis n’ont cessé de pointer la situation autour de l’aéroport de Kaboul depuis la prise de pouvoir par les talibans, en Afghanistan, à la mi-août. Jeudi, un attentat revendiqué par l’Etat islamique au Khorasan (EI-K) avait fait une centaine de morts, dont 13 soldats américains. Conscient du danger, Washington avait appelé ses ressortissants à éviter l’aéroport, organisant même des exfiltrations par hélicoptère.

« Cette frappe n’était pas la dernière »

Les États-Unis ont entamé, ce samedi, une riposte contre le groupe terroriste. Deux « cibles importantes » du groupe EI-K, des « organisateurs » et « opérateurs », ont été tuées, et une autre blessée dans une frappe de drone menée par les États-Unis en Afghanistan, a annoncé le Pentagone. « J’ai dit que nous pourchasserions le groupe responsable de l’attaque contre nos troupes et des civils innocents à Kaboul, et nous l’avons fait », a martelé Joe Biden dans son communiqué.

La riposte n’est qu’à ses débuts. Lors d’une allocution télévisée, Joe Biden avait promis de « faire payer » les auteurs des attentats. « Cette frappe n’était pas la dernière. Nous continuerons à traquer tout individu impliqué dans cet attentat odieux et les ferons payer », a affirmé ce samedi le président américain.

Le Pentagone a publié samedi après-midi l’identité des 13 militaires tués dans l’attentat de jeudi. Parmi eux, cinq avaient 20 ans, soit la durée de la plus longue guerre des États-Unis, lancée en 2001 en Afghanistan. « Leur courage et leur altruisme ont permis jusqu’ici à plus de 117 000 personnes en danger de se retrouver en sécurité », en quittant l’Afghanistan depuis fin juillet, a salué Joe Biden. Leurs dépouilles étaient en route samedi vers les États-Unis, selon le Pentagone qui n’a pas précisé quand elles arriveraient.

Leave a Reply