Advertisements

Affaire Preynat : « Cela pouvait être quatre ou cinq enfants chaque semaine de camps », avoue l’ancien prêtre – 20 Minutes

Spread the love
L’ancien prêtre Bernard Preynat est jugé devant le tribunal correctionnel de Lyon pour agressions sexuelles sur mineurs. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • Bernard Preynat, ancien prêtre du diocèse de Lyon, est jugé toute la semaine devant le tribunal correctionnel de Lyon pour agressions sexuelles sur mineurs.
  • Au premier jour de son procès, il s’est repenti mais est revenu sur certaines de ses déclarations. 

De notre envoyée spéciale

« Je n’ai jamais été attiré sexuellement par les femmes, ni par les hommes adultes. Uniquement par les petits garçons ». A la barre du tribunal correctionnel de Lyon, Bernard Preynat, 74 ans, ancien prêtre du diocèse de Lyon, poursuivi aujourd’hui pour agressions sexuelles sur mineurs, le confesse : « Ce n’est pas facile de dire que l’on est un pédophile ». Il l’admet pourtant mardi devant les juges lors de la première journée de son procès qui se tiendra jusqu’à la fin de la semaine.

Epaules voûtées, démarche fragile, l’homme à l’épaisse barbe blanche et à la voix posée mais légèrement cassée ferait presque oublier qu’il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands prédateurs sexuels de France. Une image qui contraste avec celle du « chef d’orchestre » souvent décrite par ses victimes présumées. Combien ont été abusés par le « Père Bernard » ? Les aveux glaçants du prévenu donnent le tournis.

« C’est presque un enfant par jour… pendant 20 ans »

« De 1970 à 1991, c’est arrivé presque tous les week-ends. Un ou deux enfants à la fois ? Cela dépendait. Pendant les camps, cela pouvait être 4 ou 5 enfants par semaine », révèle-t-il. De quoi déclencher la stupéfaction du tribunal. « C’est presque un enfant par jour… pendant 20 ans », rebondit Anne-Sophie Martinet, présidente du tribunal correctionnel.

Dix, pour lesquels les faits ne sont pas prescrits, ont donc droit à un procès. Parmi lesquelles Pierre-Emmanuel Germain-Thill, abusé pour la première fois à l’âge de 10 ans en 1989. Scout à la paroisse Saint-Luc de Sainte-Foy-les-Lyon, enfant de chœur et élève au collège de la Favorite dans lequel Bernard Preynat était aumônier, le garçon « cumulait » les occasions de se trouver seul, enfermé dans une pièce sombre avec le curé. « A chaque fois que j’étais désigné enfant de chœur, j’y passais », lâche-t-il dignement. « Au fil du temps, il est allé plus loin. Ces gestes étaient de plus en plus appuyés, se souvient-il. Il me caressait le sexe d’un mouvement circulaire de la main ». Au total, une « cinquantaine de fois » en quasiment trois ans, évoque le jeune homme. Ce que conteste énergiquement l’ancien prêtre.

Des aveux nuancés

« Non pas autant. Une quinzaine de fois, peut-être. Mais je dirais une dizaine », répond-il déclenchant l’agacement du parquet. « Monsieur Preynat, il y a déjà une différence entre 10 et 15. Je vous rappelle que vous risquez dix ans de prison pour une seule fois », le tance Dominique Sauve, vice-procureure se lançant au fil de la journée dans un véritable bras de fer avec le prévenu. L’ancien curé demande pardon mais revient progressivement les faits qu’il a reconnus en garde à vue. Les baisers imposés sur la bouche ? « Non, ce n’était pas ma méthode. Je ne mettais pas la langue », insiste-t-il à plusieurs reprises, faisant état de « bisous sur les yeux ou les sourcils ». Des mains passées dans les slips ? « Seulement » sur le corps ou les cuisses, répond-il à certaines victimes. Des demandes de masturbation ? « Pas pour lui ».

Le tribunal revient alors sur son mode opératoire : un prétexte « futile » pour demander aux petits garçons de l’accompagner sous sa tente, lors de camps, ou dans une pièce à part, un bureau, une salle de rangement. Il y a également les caresses imposées à la vue de tous dans les cars ramenant les scouts de leur séjour à la montagne ou à l’étranger. Et cette façon de dire à chacun qu’il était « son préféré », lui demandant par la suite de « garder leur secret ».

« Je savais que c’était interdit mais je ne pensais pas aux conséquences »

« A l’époque, je ne me rendais pas compte de la gravité de mes actes. Je savais que c’était interdit et condamnable mais je ne pensais pas aux conséquences que cela aurait pour mes victimes. Pour moi, c’était des gestes de tendresse », plaide Bernard Preynat, reconnaissant toutefois qu’il y a « trouvé du plaisir sexuel ».

Abusé lui-même par un prêtre, il dit avoir découvert très tôt, son attirance pour les enfants. A l’âge de 16 ans précisément. Au séminaire, chacun connaissait déjà ses déviances. En 1967, ses supérieurs lui demandent de suivre une psychothérapie. « Je pensais être guéri mais cela n’a pas marché. Eux aussi pensaient que je pouvais être prêtre ». Lui n’a jamais vu l’utilité de se faire soigner à nouveau. « Je n’en ai pas gardé un bon souvenir. Je n’ai pas voulu recommencer plus tard. J’ai davantage compté sur ma volonté. Cela a été un combat permanent contre moi », affirme-t-il, précisant avoir fait la promesse en 1991 au cardinal de Courtray de stopper ses agissements. Promesse qu’il dit avoir tenue. Mais Pierre-Emmanuel Germain-Thill reste sceptique.

« Quand je l’ai revu quelques mois plus tard. Il venait d’être nommé dans une nouvelle paroisse. Le jour de sa prise de fonction, il m’a vu et m’a appelé de sa fenêtre pour me dire de venir. J’ai hurlé que je ne voulais pas y aller. Que se serait-il passé si j’étais monté ? Il veut nous faire croire qu’il avait arrêté. Il ne m’aurait sûrement pas proposé de jouer au Scrabble ou de faire une partie de petits chevaux ». « On peut effectivement s’interroger sur ses motivations, appuie Emmanuelle Haziza, avocate des parties civiles. Difficile de croire qu’il s’est arrêté par l’opération du Saint-Esprit ». Une question qui brûle les lèvres. « Je vous accorde qu’il n’y a pas eu de dénonciation pour des faits datant d’après 1991 mais l’analyse que vous livrez sur votre volonté est un peu… limite », relève la vice-procureure, Dominique Sauve.

A la barre, Bernard Preynat se repent mais ne fléchit pas : « Je n’ai jamais recommencé ». Les débats se poursuivront mercredi avec les témoignages de trois victimes présumées et l’examen de la personnalité du prévenu.

848 partages
Advertisements

Leave a Reply