Affaire Mia: Rémy Daillet et sa famille en vol pour Paris – BFMTV

Spread the love

Rémy Daillet et sa famille ont finalement embarqué pour Paris ce mardi depuis Singapour, selon une communication du procureur de la République de Nancy. Rémy Daillet est soupçonné d’avoir été mêlé à l’enlèvement de Mia en avril dernier.

Rémy Daillet, le complotiste soupçonné d’avoir trempé dans l’enlèvement de la petite Mia mi-avril dernier, a finalement embarqué ce mardi à bord d’un avion à destination de Paris, selon une communication du procureur de la République de Nancy. L’avion a décollé de Singapour, où Rémy Daillet était bloqué avec sa famille – son compagne enceinte et trois enfants – depuis leur expulsion de Malaisie, pays où ils résidaient jusqu’alors, dimanche. Ils doivent atterrir mercredi matin.

“Je vous confirme” que Rémy Daillet et sa famille ont embarqué vers Paris, a déclaré le procureur François Pérain. “A l’arrivée à l’aéroport en France, le mandat d’arrêt du juge d’instruction de la Jirs (juridiction interrégional spécialisée) de Nancy sera notifié”, a-t-il ajouté. Une source aéoportuaire a confirmé ces informations à l’AFP. “Il arrive demain avec sa femme et ses enfants. Le mandat d’arrêt sera notifié et exécuté par la Gendarmerie des transports aériens”, a déclaré cette source.

Un départ compliqué

Leur départ vers la France après un crochet par Singapour avait d’abord paru devoir se faire très rapidement. Rémy Daillet était attendu dès lundi matin en France, où il fait l’objet d’un mandat d’arrêt émis par la juge d’instruction de la Juridiction inter-régionale spécialisée de Nancy, pour répondre aux questions de la justice et à son implication éventuelle dans le rapt de la petite fille.

Cependant, l’état de santé de sa compagne Léonie Bardet, enceinte, et son hospitalisation avait d’abord empêché leur embarquement. Jean-Christophe Basson-Larbi, l’avocat de Rémy Daillet, avait de surcroît fait valoir l’absence d’un accord d’extradition entre la France et Singapour. Une convention pénale a toutefois été signée – mais pas encore ratifiée – entre les deux pays.

“Singapour a cédé”

Jean-Christophe Basson-Larbi a immédiatement réagi sur notre antenne: “Manifestement l’accord de coopération en matière pénale signé il y a un an entre la France et Singapour – qui n’a pas encore été ratifié – porte ses fruits et Singapour a cédé aux demandes sans doute très pressantes de la France de voir cette famille jetée dans un avion pour Paris demain.”

Le conseil s’est dit préoccupé pour la compagne de Rémy Daillet, Léonie Bardet: “Madame a peut-être été placée sous médicament pour ça se passe au mieux pour la vie du bébé mais je suis très inquiet”.

Dès son arrivée en France, outre la notification de son mandat d’arrêt, Rémy Daillet débutera son parcours judiciaire. La justice sera devant une alternative: soit le présenter immédiatement à Nancy en vue de sa mise en examen, soit opter pour sa présentation devant le juge des libertés et de la détention local, à Bobigny, pour une incarcération provisoire. Rémy Daillet devra en tout cas être présenté dans un délai de quatre jours.

L’avocat de Rémy Daillet veut “dépassionner” l’affaire Mia

S’il s’est réjoui sur notre antenne de l’issue heureuse, il y a deux mois, du rapt de Mia, finalement rendue à sa grand-mère après cinq jours de cavale, Jean-Christophe Basson-Larbi, a appelé à “dépassionner cette hystérisation judiciaire et médiatique”. “Rien ne permet de dire qu’il a un quelconque rapport avec cela”, a-t-il lancé, soulignant la présomption d’innocence de son client.

“En droit, il s’agissait bien d’un enlèvement mais dans les faits, c’est une petite fille qui pendant cinq jours a été enlevée à sa grand-mère pour être remise à sa mère. Heureusement, la justice et la police ont récupéré la petite Mia et l’ont rendue à sa grand-mère saine et sauve. Mais ce n’est pas un enlèvement criminel d’un enfant où on demande rançon, où on fait du mal à un enfant. Sachant qu’à ma connaissance, Rémy Daillet n’a rien à voir avec cela”, a-t-il martelé.

Robin Verner avec AFP

Leave a Reply