Affaire Jubillar: une perquisition a eu lieu au domicile du couple – BFMTV

D’après Le Parisien, les enquêteurs recherchaient des cartes SD de smartphone et une clé USB, susceptibles de contenir des photographies et des captures d’écran de téléphones portables.

Une perquisition a eu lieu ce mardi au domicile de Cédric et Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines (Tarn), a appris BFMTV de source proche de l’enquête, confirmant une information du Parisien. Désormais mis en examen pour “homicide volontaire par conjoint” et écroué depuis vendredi, Cédric Jubillar était présent au cours de l’opération, qui s’est révélée “fructueuse”, selon le quotidien.

Une clé USB a été saisie, ainsi que des cartes mémoire d’appareil photo, pour être exploitées par les enquêteurs, a indiqué la source proche de l’enquête. Selon Le Parisien, elles sont susceptibles de contenir des clichés et des captures d’écran pouvant donner des informations sur l’état d’esprit de Cédric Jubillar à l’égard de son épouse.

Une version contestée

Il avait signalé aux gendarmes la disparition de la mère de ses deux enfants de 2 et 6 ans dans la nuit du 15 au 16 décembre à Cagnac-les-Mines, près d’Albi. Le couple était en instance de divorce.

Selon sa version, Delphine Jubillar est sortie de la maison le 15 décembre vers 23h pour promener leurs deux chiens, en plein couvre-feu, vêtue d’une doudoune blanche et avec son téléphone portable. Les chiens seraient revenus à la maison sans elle.

Réveillé vers 4h par les pleurs de leur fille, Cédric Jubillar se serait alors rendu compte de l’absence de son épouse et aurait téléphoné à des amies de cette dernière, habitant le village, pensant qu’elle pouvait se trouver chez l’une d’elles. Il a ensuite appelé la police.

La “disparition criminelle” privilégiée

La “disparition criminelle est privilégiée”, a expliqué le procureur Dominique Alzerai lors d’une conférence de presse vendredi. Il y a une “présomption d’homicide” et les recherches de la mère de famille se poursuivent à “un haut niveau”, a ajouté le magistrat, mettant l’accent sur un “contexte de séparation très conflictuel” avec une violente dispute entre Cédric et Delphine Jubillar le soir du 15 décembre, dispute dont aurait été témoin leur fils de 6 ans.

À l’arrivée des gendarmes vers 4h50 du matin dans la maison, “dont l’entretien est extrêmement négligé”, Cédric Jubillar était en train de faire tourner une machine à laver, avec une couette à l’intérieur, celle dans laquelle dormait la mère de famille, s’est par ailleurs étonné le procureur.

Cédric Jubillar “conteste son implication”

Incarcéré, Cédric Jubillar “conteste son implication dans cette affaire”. Son avocat Jean-Baptiste Alary a dénoncé une mise en examen “juridiquement incohérente”, fustigeant l’absence de “preuves réelles”.

“Ce sont les indices graves ou concordants qui conduisent à des mises en examen”, a-t-il réagi. “Au niveau des indices, c’est assez pauvre. Je suis attaché à la présomption d’innocence et tant qu’on n’a pas apporté de preuves réelles, le mis en cause demeure innocent.”

Sur le même sujet

L’avocat a annoncé son intention de constituer un groupe d’avocats pour travailler à la défense de Cédric Jubillar.

Alexandra Gonzalez avec M.D. avec AFP

Leave a Reply