Affaire Jubillar : les enfants officiellement placés chez la soeur de Delphine – Le Parisien

Spread the love

La juge des enfants Raphaëlle Rondy a rendu sa décision ce vendredi au tribunal d’Albi (Tarn) concernant le placement des enfants de Delphine et Cédric Jubillar. À l’issue d’une audience de plus de trois heures, Louis, 6 ans et sa petite sœur Elyah, 2 ans, ont été officiellement placés auprès de Stéphanie, la sœur aînée de Delphine, en tant que « tiers digne de confiance ». Une mesure valable dès ce vendredi 25 juin pour une durée d’un an renouvelable. Toujours selon nos informations, Nadine F., la mère de Cédric Jubillar, disposera d’un droit d’hébergement un week-end sur deux et chaque mardi soir. Quant à Sébastien, l’un des deux frères de Delphine Jubillar, il disposera d’un droit d’hébergement à raison d’un week-end par mois.

Cette décision, susceptible d’appel, s’inscrit dans la continuité de l’ordonnance de placement provisoire rendue vendredi 18 juin à l’issue de la garde à vue et la mise en examen de Cédric Jubillar pour meurtre sur conjoint. Il est suspecté d’avoir donné la mort à son épouse dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier puis d’avoir fait disparaître son corps. Jusqu’à présent, Cédric Jubillar, 33 ans, conteste toute implication dans la disparition de Delphine.

Cédric Jubillar réfute les carences éducatives

Dès le début de la garde à vue, mercredi 16 juin, les enfants Jubillar, Louis et Elyah, avaient ainsi été placés chez leur tante. Dans le même temps, Nadine, leur grand-mère, était elle-même en garde à vue et donc dans l’impossibilité matérielle de prétendre à la garde provisoire de ses petits-enfants. Ce vendredi, elle a tenté sans succès de récupérer ce droit de garde et n’a que très partiellement obtenu gain de cause. Arrivé sous très bonne escorte au tribunal d’Albi ce vendredi en début d’après-midi, Cédric Jubillar est d’abord tombé dans les bras de sa mère avant de prendre la parole et de s’exprimer en faveur d’un placement de ses enfants chez elle, à Carmaux (Tarn), commune située à une dizaine de kilomètres de Cagnac-les-Mines.

Il s’est aussi défendu, parfois avec une certaine véhémence, lorsque les carences éducatives détectées ces derniers mois par les assistantes sociales ont été exposées. Lors de leurs visites au domicile familial des Jubillar à Cagnac-les-Mines, dans le courant du mois d’avril, elles avaient notamment reproché au père de famille un aménagement relativement spartiate des chambres des enfants et un problème de sécurité au niveau de certaines ouvertures de la maison. Des points que Cédric Jubillar avait balayés d’un revers de la main à l’époque. Ce vendredi, Louis et Elyah, ont eux aussi fait le déplacement au tribunal judiciaire d’Albi. Mais ils n’ont pas croisé leur papa. Ils sont restés dans le bureau de la juge des enfants avant de retrouver leur nouveau domicile chez leur tante, leur oncle et leurs cousins.

Une nouvelle étape attend Cédric Jubillar mardi prochain. C’est en effet à cette date, le 29 juin, que la chambre de l’instruction du tribunal judiciaire de Toulouse examine l’appel de son placement en détention provisoire formé par ses avocats.

Leave a Reply