Affaire Jubillar. « Aider Cédric à cantiner en prison » : une cagnotte en ligne crée la polémique – actu.fr

Spread the love
La cagnotte Leetchi lancée lundi 13 septembre 2021 pour aider Cédric Jubillar à
La cagnotte Leetchi lancée lundi 13 septembre 2021 pour aider Cédric Jubillar à « cantiner » en prison a provoqué un tollé sur les réseaux et a dû être supprimée mercredi. (©Le Petit Courrier/L’Echo/Illustration)

Une incongruité pour un homme accusé du meurtre de son épouse ? Lundi 13 septembre 2021, une personne se présentant comme la nouvelle compagne de Cédric Jubillar a mis en ligne une cagnotte Leetchi… pour améliorer son quotidien en prison. En clair, pour « cantiner ».

À lire aussi

« J’ai besoin de votre aide »

Elle évoquait le but de sa démarche dans un court message introductif :

J’ai besoin de votre aide aujourd’hui. Cédric a besoin de cantiner tous les jours et pour cela je vous demande de me venir en aide pour subvenir à ses attentes. Pour ceux qui le désirent, une cagnotte est ouverte… »

Dans une interview accordée au mois d’août à Femme Actuelle, Séverine, la nouvelle compagne de Cédric Jubillar avait évoqué « le coût des cigarettes » mais également celui des « appels passés à l’extérieur » comme principaux postes de dépenses de l’artisan-plaquiste, placé à l’isolement à la maison d’arrêt de Seysses (Haute-Garonne), près de Toulouse.

À lire aussi

Déferlement de commentaires négatifs

Le créateur de la cagnotte assurait : « L’argent déposé sera transmis directement à la prison. Je vous remercie d’avance pour votre dévouement envers lui. Chacun participe du montant qu’il souhaite. »

Après trois dons et un déferlement de commentaires négatifs d’internautes choqués par le procédé, la cagnotte a finalement été retirée mercredi 15 septembre.

À lire aussi

Un mystère tenace

Pour mémoire, Cédric Jubillar est mis en examen pour le meurtre de son épouse, Delphine, mystérieusement disparue du pavillon familial de Cagnac-les-Mines (Tarn) dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Aucune trace de l’infirmière de 33 ans, mère de deux jeunes enfants, n’a jamais été retrouvée.

L’artisan-plaquiste a sollicité à plusieurs reprises sa remise en liberté par l’entremise de ses avocats, Mes Martin, Franck et Alary. Saisie récemment, la cour d’appel de la chambre de l’instruction doit rendre sa décision mardi 21 septembre 2021, à Toulouse.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Toulouse dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Reply