Affaire des chevaux mutilés : ce que l’on sait du suspect interpellé et placé en garde à vue – Midi Libre

Spread the love

Lundi 7 septembre, un homme âgé de 50 ans a été interpellé et placé en garde à vue dans le Bas-Rhin. Il est soupçonné d’avoir participé à la mutilation d’au moins un cheval et de deux poneys dans un refuge de l’Yonne, dont le propriétaire a lui aussi été agressé.

C’est la première grande avancée dans la très énigmatique affaire des mutilations d’animaux en France. Notamment sur les chevaux. Néanmoins, le mystère reste entier.

Reconnu grâce au portrait-robot

Ce lundi 7 septembre, pour la première fois, un suspect a été interpellé dans le Haut-Rhin et placé en garde à vue grâce au portrait-robot diffusé dans le cadre d’une enquête ouverte dans l’Yonne. 

Depuis plusieurs mois, des dizaines de chevaux ont été retrouvées mutilés. Oreilles coupées, yeux arrachés… Des pratiques qui, selon le service central du renseignement territorial, pourraient être liées à des rituels sataniques. Aussi, ce sont au moins 11 chevaux qui ont été gravement mutilés dans plusieurs départements français, entre le mois de décembre 2018 et juin 2020, selon les informations fournies par le service central du renseignement territorial (SCRT). 

Pris en flagrant délit

Dans la nuit du 24 au 25 août, dans un refuge de Villefranche-Saint-Phal (Yonne), un homme a été pris en flagrant délit alors qu’il était en train de mutiler deux poneys, avec l’aide d’un complice. 

Selon les informations de la gendarmerie, c’est le responsable du refuge qui a interrompu les deux individus alors qu’ils étaient en train de “commettre des actes de cruauté”. Témoin capital, il a pu fournir aux enquêteurs assez d’éléments pour établir le portrait-robot. 

50 ans, sans emploi

“C’est un homme de 50 ans, sans emploi, qui a été interpellé à son domicile à Nambsheim” à 9 h 05, par les gendarmes de la section de recherches de Dijon, a indiqué, à l’AFP, Arnaud Laraize, le procureur de la République de Sens, précisant que l’arrestation avait été permise par un témoin ayant reconnu le suspect grâce au portrait-robot.

Pas de liens avec le milieu équestre

Selon le procureur, le suspect “est connu en Allemagne pour des agressions sur des animaux”, alors que sur le territoire il “est plutôt connu pour des infractions de stupéfiants”. L’homme a été placé en garde à vue et des perquisitions menées à son domicile n’ont pour l’heure “pas été très concluantes”, mais “il y a pas mal de matériel informatique à exploiter”.

Connu en Allemagne pour des agressions sur animaux

Si le suspect nie pour l’heure l’ensemble des faits qui lui sont reprochés, il a déjà été impliqué dans des affaires d’actes de cruauté, de sévices envers un animal, notamment en Allemagne”, selon France Télévisions. En France, le suspect est connu pour des affaires de stupéfiants.

153 enquêtes ouvertes en France

Ce lundi, lors d’un déplacement dans l’Oise pour rencontrer des éleveurs de chevaux, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a indiqué, que 153 enquêtes étaient ouvertes en France.

Environ 30 enquêtes concernent “des faits particulièrement graves”, qui ont entraîné la mort des chevaux ou qui ont occasionné des “blessures extrêmement violentes”, a précisé le ministre.

Leave a Reply