Affaire Alexeï Navalny : des laboratoires français et suédois confirment l’empoisonnement de l’opposant rus… – franceinfo

Spread the love

Pour étayer la thèse d’un usage de cet agent neurotoxique, les autorités allemandes avaient “demandé à d’autres partenaires européens, à savoir la France et la Suède, de vérifier de manière indépendante les preuves allemandes”, a expliqué le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert.

Une nouvelle pression pour faire la lumière sur cette affaire. Après l’Allemagne, des laboratoires français et suédois confirment, lundi 14 septembre, que l’opposant russe Alexeï Navalny a bien été empoisonné au Novitchok. 

Le 3 septembre, un laboratoire militaire allemand avait déjà conclu à l’empoisonnement de l’opposant au Kremlin, âgé de 44 ans, par ce puissant agent neurotoxique. Une conclusion contestée par Moscou. Pour étayer la thèse d’un usage du Novitchok, le gouvernement d’Angela Merkel avait donc “demandé à d’autres partenaires européens, à savoir la France et la Suède, de vérifier de manière indépendante les preuves allemandes”, a expliqué lundi le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert.

Les résultats de cet examen par des laboratoires spéciaux en France et en Suède sont maintenant disponibles et confirment les preuves allemandes.Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand

Le Novitchok, un agent hautement toxique, avait déjà été utilisé contre l’ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille, Ioulia, en 2018 en Angleterre, selon les autorités britanniques. Considéré comme une arme chimique, le Novitchok se présente le plus souvent sous la forme d’une fine poudre susceptible de pénétrer les pores de la peau ou les voies respiratoires.

Berlin a “sollicité l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) dans l’analyse des preuves dans l’affaire Navalny, a prévenu Steffen Seibert. La Convention sur l’interdiction des armes chimiques, signée en 1993, prévoit notamment “pour tous les Etats signataires de recevoir une assistance technique de l’OIAC”. L’Organisation a ainsi “prélevé des échantillons de M. Navalny et a pris les mesures nécessaires pour les faire analyser par les laboratoires de référence de l’OIAC”, a précisé le porte-parole.  

En Suède, le laboratoire spécialisé dans les substances hautement toxiques de l’Agence suédoise de la recherche sur la Défense, basé à Umea, a analysé les échantillons. Outre la Russie, “il est peu probable qu’un autre pays signataire de la Convention (sur l’interdiction des armes chimiques) puisse obtenir” cet agent neurotoxique, a commenté auprès de l’AFP Asa Scott, cheffe de division pour la défense et la sécurité au sein de cette Agence.

Dans ce contexte, le gouvernement allemand a réitéré “l’appel lancé à la Russie pour qu’elle apporte des éclaircissements à ce qu’il s’est passé”, selon Steffen Seibert. La question de sanctions reste sur la table, tout comme l’avenir du projet de gazoduc Nord Stream 2, mené par la Russie et plusieurs pays européens, avec au premier chef l’Allemagne

Leave a Reply