Adobe met en place de nouvelles règles pour les images générées par IA

Adobe met en place de nouvelles règles pour les images générées par IA

Lundi, Adobe a défini de nouvelles directives à l’intention des créateurs qui souhaitent soumettre des images générées par une intelligence artificielle sur sa gigantesque marketplace artistique.

« Les premières technologies d’IA générative ont soulevé des questions sur la façon correcte de les utiliser », souligne Sarah Casillas, directrice principale du contenu d’Adobe Stock, dans un billet de blog. « Adobe a examiné ces questions et mis en œuvre une nouvelle politique de soumission qui, selon nous, garantira que notre contenu utilise la technologie de l’IA de manière responsable par les créateurs et les clients. »

publicité

Des artistes « artificiels » ?

L’art généré par l’IA a rapidement attiré l’attention du public, avec des applications amusantes et à la mode comme DreamUp et AI Time Machine.

Ces applications permettent de créer des illustrations originales basées sur les propres images ou les invites textuelles des utilisateurs. Cependant, cette technologie – basée sur des modèles d’IA générative comme Dall-E et Stable Diffusion, qui ont été entraînés sur du contenu récupéré sur internet – a soulevé plusieurs questions sur la nature de l’art, ainsi que des questions juridiques telles que le mode de rémunération des artistes.

adobeaiart.png

Images : Adobe Stock/Art Master (à gauche), Adobe Stock/Robert Kneschke (au milieu), Adobe Stock/Esprit de la forêt (à droite).

Un « grand pas en avant pour les créateurs »

Sarah Casillas a qualifié l’IA générative de « grand pas en avant pour les créateurs ». Pour elle, cette technologie leur permet d’élargir leur portefeuille et leur potentiel de revenus. Adobe a l’intention de contribuer à transformer la technologie de l’IA générative en « outil donnant du pouvoir aux artistes, sans jamais chercher à remplacer l’imagination humaine », a-t-elle ajouté.

Pour que les clients de la plateforme Adobe Stock sachent à quoi s’en tenir, la nouvelle politique d’IA générative d’Adobe exige des contributeurs qu’ils désignent leur contenu généré par l’IA comme tel.

Elle exige également des contributeurs qu’ils obtiennent une autorisation avant de soumettre des œuvres basées sur du contenu tiers – comme des invites textuelles faisant référence à des personnes, des lieux, des biens ou le style d’un artiste réel.

Problèmes de droits d’auteur

Alors qu’Adobe s’efforce d’adopter l’IA générative, d’autres plateformes de contenu sont allées dans l’autre sens, en restreignant ou en interdisant le contenu généré par l’IA. Par exemple, Getty Images indiquait en septembre qu’elle n’accepterait pas les contributions générées par l’IA.

« Il existe de réelles inquiétudes concernant les droits d’auteur des résultats de ces modèles et des problèmes de droits non résolus concernant l’imagerie, les métadonnées de l’image et les individus contenus dans l’imagerie », a fait remarquer Craig Peters, PDG de Getty Images, à The Verge.

Entre-temps, certaines communautés artistiques en ligne ont interdit les images générées par l’IA, craignant que leurs plateformes ne soient submergées par ce contenu facile à produire.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *