VIDÉO – Plusieurs manifestations étaient en cours à la mi-journée, trois mois après le début du mouvement. À Paris, une foule impressionnante a descendu les Champs-Elysées.

Plusieurs milliers de personnes défilaient à la mi-journée dans les rues de Paris à l’occasion du 14e samedi de mobilisation du mouvement des «gilets jaunes».

Sous un ciel bleu et un soleil resplendissant, on a vu de nombreux manifestants descendre l’avenue des Champs-Elysées depuis le rond-point de l’Etoile, en direction de l’Assemblée nationale. Le rassemblement, placé sous haute surveillance des gendarmes mobiles, se déroulait dans une ambiance bon enfant, malgré quelques sifflets et fumigènes et des chants hostiles (»Emmanuel Macron, on vient te chercher chez toi»).

D’autres manifestations de «gilets jaunes» étaient en cours au même moment, notamment à Rouen, ou en Meurthe-et-Moselle ou encore au Havre, et à Tarbes. À Strasbourg, 110 «gilets jaunes» ont participé à l’unique rassemblement en début de matinée. À Bordeaux et Toulouse, places fortes de la contestation, des rassemblements sont prévus en début d’après-midi samedi, préludes à des défilés qui se sont ces dernières semaines souvent terminés par des violences. Des rassemblements sont également prévus samedi dans d’autres métropoles (Marseille, Lyon, Nantes, Lille) et plusieurs autres villes (Nice, Saint-Étienne, Bourg-en-Bresse, Pontivy, Alençon…)

Samedi 16 février à Paris.
Samedi 16 février à Paris. BENOIT TESSIER/REUTERS

Après 3 mois de mobilisation, les «gilets jaunes» veulent agir tous azimuts samedi mais aussi dimanche avec des moyens d’action et des mots d’ordre parfois différents. Selon les autorités, ils étaient un peu plus de 50.000 la semaine dernière à manifester à travers le pays.

À Paris, la mobilisation doit s’étaler sur l’ensemble du week-end, pour marquer dimanche le troisième mois, jour pour jour, du mouvement. «Sur chacune des deux journées, des rassemblements informels et la constitution de cortèges sauvages ne peuvent être exclus», prévient la préfecture de police de Paris.

» LIRE AUSSI – «Gilets jaunes»: à l’étranger, l’image d’un pays devenu irréformable

Samedi 9 février, la manifestation parisienneavait été marquée par des incidents, notamment devant l’Assemblée nationale, où un manifestant a eu la main arrachée lors d’affrontements avec les forces de l’ordre, entretenant la controverse sur les violences policières. «Les démonstrations de violence (lors des manifestations) doivent cesser», a exhorté mercredi le chef de l’Etat Emmanuel Macron, dont les cortèges réclament régulièrement la démission. Son épouse Brigitte a, elle, appelé vendredi à la «réconciliation».

«Je ne vois pas pourquoi on s’arrêterait, on nous écoute pas», rétorque Chantal, porte-parole des «gilets jaunes» à Marseille. «On débat à notre place, mais nous, depuis novembre, on sait ce qu’on veut: du concret, c’est-à-dire une hausse du pouvoir d’achat et plus de services publics.»

À VOIR AUSSI – «Gilets jaunes» Acte XIII: le résumé du 9 février à Paris – Regarder sur Figaro Live

Let a comment