Le président américain, Donald Trump, a annoncé vendredi avoir suspendu 250 milliards de dollars de hausse des tarifs de douanes à destination de la Chine.

Le Monde avec AFP et AP Publié hier à 22h48, mis à jour hier à 22h59

Temps de Lecture 2 min.

Le président Trump et le haut responsable chinois Liu He, vendredi 11 octobre, dans le bureau Ovale de la Maison Blanche.

Après des mois de tensions commerciales entre Washington et Pékin, Donald Trump a annoncé, vendredi 11 octobre, que les Etats-Unis et la Chine étaient parvenus à un accord commercial partiel « très important », qui inclut notamment la suspension d’une hausse programmée des tarifs de douanes sur les importations chinoises.

Le président américain a annoncé cet accord « de phase 1 » après une rencontre avec Liu He, le principal négociateur chinois. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, qui a participé à la réunion qui s’est tenue à la Maison Blanche, dans le bureau Ovale, a affirmé que les Etats-Unis renonçaient à l’augmentation des tarifs douaniers sur 250 milliards de dollars de biens importés de Chine, qui devaient passer de 25 à 30 % le 15 octobre.

Pour sa part, la Chine a donné son accord pour acheter entre 40 et 50 milliards de dollars de produits agricoles américains. « Nous sommes contents », a ajouté M. Liu, laissant entendre que les discussions allaient continuer.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Commerce : Pékin et Washington tentent de réduire leurs tensions

Des négociations à Washington depuis deux jours

Des négociations commerciales étaient en cours depuis deux jours à Washington entre les deux plus grosses économies mondiales. « De bonnes choses sont en train de se produire dans les négociations commerciales avec la Chine », avaient tweeté plus tôt le président républicain.

Jeudi, le responsable des affaires internationales de la chambre de commerce américaine, Myron Brilliant, a alimenté les espoirs, se disant « convaincu » qu’il y aurait un accord sur les devises et une suspension de la hausse de tarifs douaniers prévue le 15 octobre par les Etats-Unis. Le quotidien gouvernemental de langue anglaise China Daily allait, vendredi matin, dans le même sens : « Un accord partiel est un objectif plus réaliste, et un objectif qui est dans l’intérêt des deux parties. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Chine reconnaît être affectée par la guerre commerciale avec les Etats-Unis

Pour le moment, Pékin a accepté quelques concessions, comme l’achat de produits agricoles américains, alimentant les spéculations d’un accord partiel. Mais, jusqu’à présent, Donald Trump avait insisté sur le fait qu’il voulait « un grand accord » et « un bon accord », sinon rien.

Les sujets de contentieux sont nombreux : Washington exige non seulement une plus grande ouverture du marché chinois mais encore la fin des pratiques commerciales jugées « déloyales », telles que le transfert de technologie forcé ou les subventions aux entreprises chinoises.

La guerre commerciale déclenchée par Donald Trump depuis maintenant plus de dix-huit mois fait sentir ses effets sur l’ensemble de l’économie mondiale. Selon le Fonds monétaire international, ces tensions et leurs effets secondaires devraient faire s’évaporer du PIB mondial 700 milliards de dollars, soit l’équivalent de l’économie suisse, d’ici 2020.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Entre les Etats-Unis et la Chine, une guerre douanière qui dépasse les enjeux commerciaux
Advertisements
Spread the love

Leave a Reply