À son tour, Apple dans le viseur de la Commission Européenne ?

Spread the love

La Commission Européenne suit de près les comportements des géants de la tech, afin de trouver d’éventuelles infractions aux règles de l’UE en matière de concurrence. Google, par exemple, a déjà écopé d’une amende record à cause de la façon dont ses services sont distribués sur le système d’exploitation Android.

De son côté, Apple est déjà accusé par de nombreuses entreprises d’utiliser les règles de l’App Store afin d’avantager ses services au détriment de ceux des développeurs tiers. Et parmi ces sociétés qui accusent Apple de pratiques anticoncurrentielles, il y a Spotify.

Il y a deux ans, le géant européen du streaming déposait une plainte auprès de la Commission Européenne. « Ces dernières années, Apple a introduit des règles dans l’App Store qui limitent délibérément le choix et étouffent l’innovation au détriment de l’expérience utilisateur – agissant essentiellement à la fois en tant que joueur et arbitre pour désavantager délibérément les autres développeurs d’applications. Après avoir tenté en vain de résoudre les problèmes directement avec Apple, nous demandons maintenant à la CE de prendre des mesures pour garantir une concurrence loyale », avait déclaré Daniel Ek, le patron de Spotify, à l’époque.

Et cette semaine, la Commission Européenne pourrait faire une annonce relative à cette affaire. C’est ce qu’indique le Financial Time dans un article. D’après les sources du FT, la commissaire européenne Margrethe Vestager pourrait annoncer les actes d’accusations qui pèsent contre Apple dès cette semaine. Ces sources auraient également indiqué que ces accusations sont en lien avec la plainte qui a été déposée par Spotify.

Au mois de juin 2020, la Commission Européenne avait annoncé l’ouverture d’une enquête. « La Commission européenne a ouvert des enquêtes officielles antitrust pour évaluer si les règles d’Apple pour les développeurs d’applications sur la distribution d’applications via l’App Store enfreignent les règles de concurrence de l’UE. Les enquêtes concernent en particulier l’utilisation obligatoire du propre système d’achat in-app exclusif d’Apple et les restrictions sur la capacité des développeurs à informer les utilisateurs d’iPhone et d’iPad sur d’autres possibilités d’achat moins chères en dehors des applications », indiquait un communiqué de la CE.

Une victoire pour Spotify ?

Pour Margrethe Vestager, Apple semble avoir obtenu un rôle de contrôleur d’accès en ce qui concerne la distribution des apps sur iOS, et il est important de s’assurer que ces règles ne faussent pas la concurrence. La Commission avait ainsi lancé l’enquête afin de s’assurer que les règles de l’App Store n’enfreignent pas les règles de l’EU en matière de concurrence.

Il est par ailleurs à noter que si l’App Store et le Play Store de Google ont des règles assez similaires, Google permet aux utilisateurs d’installer des apps provenant de sources tierces sur le système d’exploitation Android. Ainsi, même lorsqu’une app n’est pas sur le Play Store de Google, les utilisateurs peuvent quand même installer celle-ci en téléchargeant un fichier .apk.

Apple a toujours appliqué son règlement de manière très stricte. Mais cette application des règles de l’App Store a été surveillée de près après que la firme ait décidé de miser davantage sur les services, en lançant des produits qui entrent en concurrence directe avec ceux de certains développeurs tiers.

D’ailleurs, récemment, Apple a continué à muscler ses services. Lors de l’événement Spring Loaded, durant lequel l’entreprise a dévoilé l’iPad Pro, celle-ci a également annoncé l’arrivée des podcasts payants (sachant qu’Apple et Spotify sont concurrents sur les podcasts).

Leave a Reply