A Marseille, l’opération séduction d’Emmanuel Macron – Le Monde

Spread the love
Le président de la République, Emmanuel Macron, au parc du Pharo à Marseille, le 2 septembre 2021.

Sept ministres, une ribambelle d’élus locaux, de chefs d’entreprise, d’acteurs du monde sportif et culturel, des jeunes… Près de 250 personnes au total, regroupés dans le cadre idyllique du parc du Pharo, autour d’une estrade sur laquelle trône Emmanuel Macron, avec une vue imprenable sur le port de Marseille en toile de fond. Un décor de carte postale.

Jeudi 2 septembre, en fin de journée, l’Elysée n’avait pas lésiné sur les moyens pour mettre en scène la présentation par le chef de l’Etat de son plan de soutien, annoncé comme « historique », en faveur de la deuxième ville de France. Comme s’il s’agissait, avec l’annonce de ce projet, baptisé « Marseille en grand », d’effectuer une vraie démonstration de force, afin de clôturer les deux premiers jours de son déplacement dans la cité phocéenne, avant une dernière séquence, vendredi, consacrée à l’écologie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Marseille, Emmanuel Macron va détailler une « réponse globale » aux problèmes de la ville

Pendant 48 heures, M. Macron a sillonné plusieurs quartiers de la ville et abordé de nombreux sujets, à un rythme effréné, donnant à cette visite ultra-médiatisée des allures de campagne électorale, à huit mois de l’élection présidentielle.

« Voilà deux jours que ce cirque dure ! », s’est agacé le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, jeudi, en accusant le président de la République d’être déjà tourné vers sa réélection – même si ce dernier n’a pas encore dévoilé officiellement son intention de se présenter au scrutin d’avril 2022.

« Un devoir de la nation »

Se défendant de mener une opération de séduction en direction des habitants de Marseille, Emmanuel Macron a affirmé venir en aide à cette ville uniquement pour remplir « un devoir de la nation ».

Après avoir promis à la police locale un renforcement des moyens humains et matériels, mercredi, afin de mieux lutter contre les trafics de drogue, il a dévoilé une batterie de mesures dans plusieurs domaines, jeudi, dans l’espoir de combattre « à la racine » les multiples maux qui rongent la cité phocéenne depuis des décennies.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Marseille, le trafic de drogue prospère sur l’abandon de la ville

Un plan global, qui passe notamment par des investissements de l’Etat pour les transports de Marseille, afin de « désenclaver les quartiers Nord », les plus défavorisés. Pour y parvenir, le locataire de l’Elysée a promis 1 milliard d’euros, dont 250 millions en subventions, pour mener à bien trois projets : l’automatisation du métro, la création de quatre lignes de tramways et de cinq lignes de bus à haut niveau de service.

Il vous reste 67.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply