A Bagdad, Macron appelle à «ne pas baisser la garde» face à Daech, «qui demeure une menace» – Le Parisien

Spread the love

L’attentat commis à l’aéroport de Kaboul vendredi ne fait que le rappeler : Daech constitue une menace en Asie centrale et au Moyen-Orient, comme en Europe. C’est ce qu’a affirmé le président français Emmanuel Macron au côté du Premier ministre irakien, Moustafa al-Kazimi, avec qui il participe ce samedi à la mi-journée, à Bagdad, à un sommet avec des dirigeants du Moyen-Orient.

Emmanuel Macron appelle ainsi à « ne pas baisser la garde » face aux djihadistes du groupe État islamique car cette formation demeure « une menace », notamment en Irak. « Je sais que le combat contre ces groupes terroristes est une priorité de votre gouvernement », a poursuivi Emmanuel Macron en s’adressant à Moustafa al-Kazimi.

L’Irak – où des cellules de Daech continuent de mener des attentats quatre ans après sa défaite militaire – et la France « sont des partenaires clés dans la guerre contre le terrorisme », a répondu le chef du gouvernement irakien. Paris fournit en effet à l’Irak un appui militaire, notamment aérien, avec en moyenne 600 hommes sur place dans le cadre de la coalition internationale qui continue de livrer bataille contre Daech.

L’Afghanistan dans tous les esprits

Emmanuel Macron est ce samedi « coorganisateur », avec les autorités irakiennes, d’un sommet régional qui réunit autour d’eux à Bagdad, l’Égypte, la Jordanie, l’Iran, l’Arabie saoudite et la Turquie. Le président français doit y redire sa détermination à « contribuer à la stabilité et à la baisse des tensions dans la région », indiquait un peu plus tôt l’Élysée.

Si l’Afghanistan n’apparaît pas à l’ordre du jour du sommet, la situation dans le pays et l’attentat commis la veille à Kaboul, revendiqué par Daech, rebattent naturellement les cartes. « On ne manquera pas d’évoquer le sujet », affirmait un peu plus tôt un conseiller élyséen au Parisien. Les déclarations du Premier ministre irakien et d’Emmanuel Macron donnent d’ores et déjà le ton de cette conférence.

Leave a Reply