Le président américain Donald Trump a effectivement interdit le géant chinois des réseaux Huawei en signant un décret exécutif au nom des menaces qu’un « adversaire étranger » constitue pour les réseaux, la technologie et les services de communication aux Etats-Unis.

L’ordonnance, intitulée « Sécurisation de la chaîne d’approvisionnement des technologies et des services de l’information et des communications », empêche la participation étrangère dans les réseaux des opérateurs du pays.

Il s’agit de la concrétisation des rumeurs de ces derniers jours qui prêtaient à Donald Trump la volonté d’interdire Huawei dans le pays, mais aussi d’autres acteurs chinois comme China Mobile. A noter que les Etats-Unis font également pression sur d’autres pays alliés pour qu’ils prennent de décisions similaires et bloquent l’accès au Chinois au marché de la 5G.

Menace et urgence nationale à démontrer 

« Le décret interdit les transactions qui impliquent des technologies de l’information et des communications ou des services conçus, développés, fabriqués ou fournis par des personnes appartenant à un adversaire étranger, contrôlées par lui ou soumises à sa juridiction ou à ses directives, lorsque le secrétaire au Commerce détermine qu’une transaction constituerait une menace pour la sécurité nationale » écrit le ministère du Commerce dans un communiqué.

Le ministère du Commerce publiera des règlements pour mettre en œuvre le décret de la Maison Blanche dans un délai de 150 jours.

Pour déterminer si la participation d’une entreprise étrangère constitue une menace à la sécurité nationale, le secrétaire au Commerce consultera le procureur général, les secrétaires du Trésor, de l’État, de la Défense et de la Sécurité intérieure, le représentant commercial des États-Unis, le directeur du renseignement national, l’administrateur des services généraux, le président de la Federal Communications Commission et les dirigeants des autres organismes compétents.

Ces mesures d’interdiction s’appliqueront durant un an. A ce terme, un rapport sera présenté au président afin de déterminer si les actions sont suffisantes et doivent se poursuivre.

D’ici là, le secrétaire au Commerce est tenu de présenter au Congrès un rapport sur l’urgence nationale citée dans le décret présidentiel. Le directeur du renseignement national devra produire une évaluation dans les 40 jours. Le secrétaire de la Sécurité intérieure est également tenu de préparer une évaluation écrite des vulnérabilités du matériel, des logiciels et des services qui pourraient menacer la sécurité nationale des États-Unis dans les 80 jours.

Advertisements

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.