Quinquennat Macron, acte II. Devant un hémicycle plein à craquer, le Premier ministre a passé ce mercredi son deuxième grand oral. Nouveau mantra dans son discours de politique générale ? L’urgence ! Pour Edouard Philippe, qui a listé les grands chantiers de la seconde moitié de la mandature, il est urgent d’accélérer.

Au cœur du réacteur, évidemment : la baisse de 5 milliards d’euros d’impôt sur le revenu, promise aux Français par Emmanuel Macron. « C’est massif, c’est clair, c’est net », s’est félicité Edouard Philippe. Avare de détails, il a précisé que le « taux d’imposition de la première tranche sera abaissé de trois points », soit un « gain moyen par foyer de 350 euros » pour 12 millions de contribuables.

Mais quid des autres, alors que 17 millions de ménages paient l’impôt sur le revenu en France ? Qui sont les gagnants et les perdants de ce coup de pouce fiscal ? Combien va-t-on économiser en espèces sonnantes et trébuchantes ? Comment Bercy va-t-il appliquer cette baisse d’impôt ?

Pour comprendre, dans le détail, ce qui vous attend, le Parisien – Aujourd’hui-en-France dévoile en exclusivité les montants des baisses d’impôts en fonction des profils des Français : retraités, célibataire ou en couple avec ou sans enfant : voici les économies que vous ferez dès le 1er janvier prochain !

Quel est le mécanisme ?

Pour mettre en place la baisse d’impôt des Français, le taux de la première tranche imposable diminue de trois points, de 14 à 11 %. En clair, si vous étiez jusqu’à présent taxé à 14 %, vous ne le serez plus qu’à 11 %. Au total, 12 millions de foyers sont aujourd’hui uniquement taxés dans cette tranche. Pour eux, comme l’a souligné Edouard Philippe, la réduction d’impôt sera, en moyenne, de 350€ par foyer fiscal.

Un nouveau barème de l’impôt sur le revenu

Ce qui chagrinait Bercy, en baissant le taux de la première tranche imposable, c’est que – mécaniquement – la mesure bénéficiait aussi aux Français les plus aisés. Pour neutraliser cet effet, les cols blancs du ministère des Finances ont donc bougé les seuils d’entrée de plusieurs tranches. Si personne n’entre plus tôt dans l’impôt, les contribuables entreront plus vite dans les tranches à 30 % et à 41 %.

-

Qui sont les gagnants ?

Presque tout le monde ! Sur les 17 millions de foyers fiscaux imposés, 16,8 millions « vont bénéficier d’une baisse moyenne de 304€ », se félicite-t-on à Bercy. Ceux dont la totalité des revenus sera située, dès le 1er janvier prochain, dans la première tranche imposable à 11 % – qui ont donc déclaré au printemps entre 9 965€ et 25 405€ de revenus net annuels – seront évidemment les plus chanceux. Là, le gain moyen par foyer fiscal sera de 350€.

Pour les foyers qui gagnent plus d’argent, la baisse d’impôt existera bel et bien. Mais elle sera moins visible. Concrètement, pour les 5 millions de foyers imposés dans la tranche à 30 % (ceux qui ont déclaré des revenus entre 25 406€ et 72 643€), le coup de pouce fiscal de l’Etat sera de 180€ par an en moyenne.

-

-

-

-

-

Qui sont les perdants ?

Officiellement, il n’y en a pas, se réjouit le gouvernement. Mais dans les faits, certains contribuables pourraient se sentir frustrés. En effet, ceux qui sont imposés à 41 % – et bien sûr à 45 % – ne bénéficieront pas de la baisse d’impôt. « L’évolution des montants de passage de tranches permet de neutraliser la baisse d’impôt pour les hauts revenus », précise-t-on à Bercy. En clair, ces contribuables profiteront évidemment de l’imposition à 11 % au lieu des 14 % mais ils seront plus rapidement imposés à 30 % puis éventuellement à 41 %. Du coup : le montant de leur impôt ne changera pas.

Un cadeau à double détente

Si le gouvernement a décidé de baisser la première tranche de 14 à 11 %, un autre mécanisme moins visible vient s’ajouter à cette mesure. Actuellement, les plus bas revenus imposés profitent d’une décote, c’est-à-dire d’un système qui amortit l’entrée dans l’impôt. Dans les faits, par le jeu de cette décote, « au lieu d’être réellement à 9 965€, l’entrée dans l’impôt s’effectue à 15 154€ », précise-t-on à Bercy.

Six millions de foyers ont bénéficié de ce système en 2017. Le gouvernement a décidé « de rendre cette décote plus généreuse en la faisant porter sur la totalité des 12 millions de foyers fiscaux taxés dans la tranche à 11 % ». Les profils types présentés ci-dessus intègrent le nouveau barème de l’impôt sur le revenu mais aussi cette décote.

Advertisements

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.