Depuis 2012, Tesla fait la course en tête, et pour ainsi dire seul, sur le marché des voitures électriques à grande autonomie. Lors de la conférence dédiée aux investisseurs qui s’est tenue hier à Palo Alto (Californie), Elon Musk a, fidèle à son habitude, fait quelques annonces destinées à rassurer les marchés mais aussi à maintenir la marmite des communautés de fans de la marque en ébullition. Ce qui, avouons-le, n’est pas très difficile.

Parmi les informations distillées, l’une d’entre elle satisfera certainement ceux qui sont déjà adeptes de la marque, voire qui roulent en Tesla. Mais elle retiendra peut-être également l’attention de ceux qui s’y intéressent de près et qui hésitent à franchir le pas en raison d’une inquiétude sur la capacité d’une voiture électrique à les emmener où ils veulent quand ils veulent sans avoir à subir les affres de la « range anxiety », cette peur de la panne sèche en territoire hostile par manque d’autonomie.

Le PDG de Tesla a en effet annoncé que les prochaines Tesla, probablement dans un avenir assez proche, pourront atteindre une portée de 643 kilomètres (400 miles). Rappelons que le modèle actuel le plus efficient en termes d’autonomie est la Tesla Model S Long Range avec ses 595 kilomètres de portée. Rappelons aussi que le modèle le plus efficient si l’on fait le ratio puissance de batterie/autonomie est la dernière née de la marque, à savoir la Tesla Model 3, dont la technologie plus récente permet à la version Long Range de parcourir 530 kilomètres en une charge, selon la norme EPA.

Une portée allongée, est-ce vraiment utile ?

On ignore si cet accroissement d’autonomie sera proposée sur la nouvelle version de la Model S qui ne devrait pas tarder à voir le jour, ou si elle sera déjà proposée sous la forme d’une mise à jour du système de gestion des batteries sur les modèles actuels les plus récents.

La question est aussi de savoir si cette portée est réellement utile quand on sait que la plupart des déplacements sont souvent de quelques dizaines de kilomètres, à part peut-être quelques professionnels de la route et une grande migration estivale. Cela étant, je suis de ceux qui pensent que plus la portée sera importante, plus le confort et la tranquillité seront au rendez-vous de l’électrique. Car il arrive que vous partiez en week-end à deux ou trois cent kilomètres de chez vous, et que sur un lieu de destination un peu perdu il soit difficile de trouver un point de charge, a fortiori si c’est une charge lente qui nécessite de laisser la voiture plusieurs heures, voire une nuit entière pour faire le plein des batteries. Avec une autonomie plus grande, une famille parisienne pourra par exemple s’offrir un week-end en Normandie aller-retour avec des déplacements sur son lieu de villégiature sans avoir à recharger. Idem pour une famille lyonnaise en week-end dans les Alpes ou le Lubéron…

Quoi qu’il en soit, en mettant la barre toujours plus haut, Tesla aiguillonne également la concurrence, dont les meilleurs produits peinent déjà à atteindre les 400 kilomètres de portée, et in fine c’est le consommateur qui profitera de cette course à l’efficacité.

Advertisements

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.