3 règles d’or pour choisir votre partenaire IoT

Spread the love
3 règles d’or pour choisir votre partenaire IoT

Les perspectives de l’IoT ne sont plus à démontrer : l’explosion de la demande n’attend plus aujourd’hui qu’une solution d’infrastructure à même de supporter la charge dans les meilleures conditions de rapidité et de sécurité pour devenir une réalité. Et pour cause, l’évolution du marché est portée par des usages en croissance exponentielle : d’après Cisco, on comptera environ 4 appareils connectés par individu d’ici 2023, soit un potentiel de plusieurs centaines de millions d’applications à l’échelle européenne. Et ces proportions deviennent encore plus considérables lorsqu’on prend en compte les attentes des entreprises : dans l’industrie, l’énergie, le transport ou le secteur de la santé, ce sont des milliards d’applications qui pourraient voir le jour, avec des bénéfices considérables : en pilotant leurs sites distants et les innombrables instances accessibles en ligne, les entreprises utilisatrices peuvent enregistrer des gains de productivité de 20 à 30% dans la gestion de leurs opérations !

Qu’elles soient opératrices de données ou utilisatrices potentielles de solutions IoT, les organisations de toute taille ont donc tout intérêt à engager une transformation qui pourrait générer plus d’un milliard de dollars de revenus additionnels dans les trois prochaines années. Mais pour tirer toute la valeur d’un tel déploiement, pas question de se lancer au hasard : le choix du fournisseur d’infrastructure jouera un rôle clé dans le succès ou l’échec de la stratégie engagée. Comment faire le bon choix à l’heure d’un virage aussi stratégique ? Quels points de vigilance conserver à l’esprit ? Quels KPIs fixer à vos interlocuteurs ? Éléments de réponse en trois règles d’or.

publicité

Règle d’or #1 : S’assurer de la solidité du partenaire

D’après Microsoft, un tiers des entreprises dans le monde estiment qu’elles n’ont pas les ressources ou la main d’œuvre nécessaires pour mener à bien un projet IoT. Afin d’être adopté par le plus grand nombre possible et de réaliser son plein potentiel, l’IoT nécessite en effet la mise à niveau des réseaux 4G et la mise en place de réseaux 5G pour offrir la vitesse requise, une faible latence, une densité de dispositifs accrue et une plus grande flexibilité du réseau. Cela représente une refonte importante et coûteuse de l’infrastructure existante, notamment le déploiement de petites cellules, qui apportent la connectivité aux utilisateurs, ainsi que la massification du réseau fibre. L’expertise de votre partenaire en matière de conception et d’exploitation d’un réseau à très haut débit est donc un critère majeur à l’heure de prendre votre décision. À ce titre, il peut être précieux de s’appuyer sur des entreprises qui ont su développer l’expertise nécessaire lors de projets dans des régions plus avancées. La Chine, par exemple, représente aujourd’hui plus de 70% du marché mondial de la 5G (contre 9,5% pour les Etats-Unis et moins de 6% pour l’Europe), et des acteurs tels que China Telecom, à travers sa filiale européenne, offrent des solutions qui présentent toutes les garanties nécessaires en matière de connectivité et de performance. Lire à ce sujet le livre blanc réalisé en collaboration avec The Economist.

Règle d’or #2 : Garantir la sécurité de l’ensemble

62 % des organisations qui s’efforcent de développer les applications IoT citent la cybersécurité et les menaces pour la confidentialité de leurs données comme une préoccupation majeure et une raison essentielle pour ne pas aller au-delà des projets pilotes initiaux, note CapGemini. Pour porter leur croissance de demain, ces dernières devront donc régler durablement la question cruciale de la confidentialité des données. Dans la mesure où les réseaux hertziens sont par nature ouverts, il convient de :

  • Mettre en place des codes de bonnes pratiques entre fournisseurs et utilisateurs pour garantir la transparence entre les parties ;
  • Intégrer la sécurité à chaque étape d’un projet de développement IoT, en s’appuyant notamment sur des consultants à l’expertise reconnue ;
  • Accompagner et auditer régulièrement les utilisateurs, internes ou issus d’entreprises tierces, pour s’assurer que le cadre défini est bien respecté, et le faire évoluer si nécessaire.

Règle d’or #3 : Se conformer aux réglementations en vigueur

L’IoT ne relève pas d’un cadre réglementaire spécifique, car il touche à un vaste éventail de produits, de services, de processus, de technologies et de pratiques. Cela dit, de nombreuses questions relatives à la vie privée et à la sécurité sont en principe couvertes dans des cadres réglementaires plus larges de l’économie numérique. En Europe, le RGPD fournit un cadre de référence parfaitement adapté à ce nouveau paradigme, et il convient d’impliquer votre DPO (Data Protection Officer) dès l’origine du projet pour garantir la parfaite capillarité de ce dernier avec les réglementations en vigueur. Un dialogue régulier avec les instances régulatrices doit également être la règle.

À ces trois conditions, votre projet IoT peut prendre son envol et tirer durablement la croissance de votre organisation. Mais avant de vous engager dans cette aventure passionnante, prenez le temps de consulter des retours d’expérience précieux, notamment à l’étranger, et sachez faire preuve de souplesse : l’IoT est un environnement complexe et, dans certains cas, il vous faudra adapter les processus, les équipements et le personnel. Les dirigeants doivent investir en amont, notamment pour s’assurer que les composantes les plus sûrs soient utilisés tout au long du processus. En un mot, sachez être proactif !

Pour en savoir plus, consultez le livre blanc de China Telecom Europe et The Economist

Leave a Reply