Les données de santé provenant des iPhone du meurtrier et de sa victime ont servi de preuves déterminantes dans une affaire d’homicide. Selon The Guardian, un pharmacien britannique avait tenté de maquiller le meurtre de son épouse en faisant croire que des inconnus avaient pénétré par effraction dans leur maison avant de commettre leur crime.En l’espèce, l’histoire relève du passionnel, l’époux désirant refaire sa vie en Australie avec un nouveau conjoint. Il aurait même planifié cet acte pendant 5 ans (avec assurance vie et vol d’embryons congelés, on vous passe les détails scabreux).

Mais c’était sans compter les iPhone qui ont permis de retracer la chronologie des événements. Ainsi l’app santé a bien enregistré l’heure du décès mais également un déplacement post-mortem (du mari voulant faire croire à un pseudo cambriolage). Le smartphone du monsieur aurait également servi à prouver sa présence sur les lieux et contrecarrer sa version des faits. Après une audience de quelques heures, il a été condamné à 30 ans de reclusion !

Source