Comme annoncé en juillet, Google vient d’interjeter appel auprès de l’Union Européenne de la décision de la Commission. Cette dernière l’a en effet condamnée à verser une amende de 4,3 milliards d’euros pour abus de position dominante de son système d’exploitation Android.De plus, la firme américaine avait l’obligation de cesser, sous 90 jours, les pratiques commerciales mises en cause. La Commission visait tout particulièrement l’obligation pour les fabricants d’appareils mobiles de préinstaller le navigateur et les applications de recherche de Google pour accéder au Play Store. A défaut, la firme s’exposait à une amende supplémentaire pouvant aller jusqu’à 5% du chiffre d’affaires quotidien du groupe. L’échéance étant fixée au 28 octobre, l’appel -qui n’est pas un recours suspensif (ndlr : le fait de contester la décision ne suspend pas le délai et l’obligation de payer), Google reste tenue par les termes de cette décision.

La firme est dans le collimateur de Bruxelles depuis plusieurs années. Rappelons qu’en juin 2017, elle avait été condamnée par la Commission à payer 2,42 milliards d’euros pour pratiques anticoncurrentielles dans la recherche en ligne. Elle était accusée de favoriser son comparateur de prix “Google Shopping”, via son moteur de recherche. Une décision qu’elle a déjà contesté…

Source