Samsung vient d’annoncer un nouveau venu dans la famille Galaxy A. Le Galaxy A9 met en avant le fait qu’il est le premier smartphone à embarquer quatre modules photo au dos. Lancé à 599 €, il aura fort à faire face à une concurrence féroce.

Samsung Galaxy A9 (2018)

  • Le choix de la rédaction

    Honor View 10

    Meilleur prix : 364,00 €

    Voir le test
  • Le meilleur rapport qualité/prix

    Honor Play

    Meilleur prix : 294,00 €

    Voir le test
  • Le smartphone pas cher

    Xiaomi Redmi Note 5

    Meilleur prix : 144,47 €

    Voir le test

Voir plus de produits

Il est plutôt rare de voir Samsung tenir un événement à part entière pour un smartphone de la gamme A. La volonté du fabricant coréen de se reprendre sur le segment du milieu de gamme, après l’arrivée massive de la concurrence chinoise, pourrait avoir guidé ce choix. Cependant, à 599 €, le Galaxy A9 vient empiéter sur le segment premium des Galaxy S9, dont le prix a bien chuté depuis leur sortie.

samsung-galaxy-a9-face.jpg
Le grand écran de 6,3 pouces du Galaxy A9.

 

4 modules pour 3 focales différentes

Pour justifier cette position, l’A9 présente une caractéristique encore hors norme : la présence de quatre modules photo au dos. C’est un de plus que le Galaxy A7 lancé en septembre dernier. La photo est le domaine dans lequel le Galaxy A9 souhaite briller. Son module photo principal s’appuie sur un capteur 24 Mpx, surmonté d’une optique ouvrant à f/1,7. Il est entouré par un module très grand-angle avec un capteur de 8 Mpx et un module téléobjectif avec un capteur de 10 Mpx. Le Galaxy A9 réunit donc les deux mondes du zoom et du grand-angle. Le dernier module n’est présent que pour appuyer les autres dans les mesures de profondeur de champ, notamment pour le mode portrait.

samsung-galaxy-a9-modules-2.jpg
Les 4 modules photo du Galaxy A9.

Une polyvalence bienvenue, qui ouvre de belles perspectives à l’utilisateur. Cependant, après une rapide prise en main du Galaxy A9, on ne peut pas dire que nous sommes ressortis totalement conquis. Certes, les conditions de notre essai n’étaient pas les plus clémentes qui soient. À plus d’un mois de la sortie du smartphone, Samsung a encore du temps pour peaufiner son traitement d’images. Pour le moment, la gestion du bruit électronique est hasardeuse et le passage entre les différents modules n’est pas parfaitement fluide. Il faudra vérifier tout cela quand le Galaxy A9 sera réellement disponible. À trop multiplier les modules photo, les fabricants prennent le risque d’avoir moins de temps pour optimiser chacun d’eux.

samsung-galaxy-a9-photo.jpg
Des performances photo pas toujours au point.

Une fiche technique équilibrée

Au-delà de ces modules photo au résultat encore incertain, Samsung rassure avec d’autres aspects maîtrisés. Pour commencer, le Galaxy A9 a droit à un écran en dalle Super Amoled de 6,3 pouces affichant une définition Full HD+ (2 220 x 1 080 px). L’A9 fait donc partie des smartphones de grand gabarit.

samsung-galaxy-a9-grand-angle.jpg

Le très grand-angle offre un champ de 120°.

Les finitions du terminal de Samsung sont forcément excellentes. Le dos en verre et ses effets de couleurs sont plutôt élégants. Du moins, jusqu’à ce que les traces de doigts prennent possession des lieux. Un défaut commun à beaucoup de smarpthones qui font le choix du verre. La face arrière accueille le lecteur d’empreintes digitales, contrairement au Galaxy A7 qui embarque son lecteur sur la tranche.
 
Du côté de l’animation, c’est le grand retour d’un SoC Qualcomm dans la famille des Galaxy A. Ici, c’est le Snapdragon 660 qui a été choisi. Une série 6XX qui est très souvent synonyme d’une bonne endurance. Cela pourrait effectivement être le cas pour le Galaxy A9, qui embarque une batterie de 3 720 mAh. Le Snapragon 660 est accompagné par 6 Go de RAM et 128 Go de stockage. Une capacité qui vient apporter un peu de cohérence au prix de vente relativement élevé du smartphone. Il est possible d’étendre cette mémoire interne grâce à un port microSD.

samsung-galaxy-a9-dos.jpg
Un dos élégant, tant qu’il n’est pas couvert de traces de doigts.

Pour la connectivité, Samsung a doté son Galaxy A9 du Bluetooth 5.0, du NFC, du Wi-Fi 802.11ac et de la 4G LTE. Le terminal pourra également accueillir deux cartes nano SIM.
 

Une stratégie de vente étrange

Quand bien même le Galaxy A9 parviendrait finalement à se montrer performant en photo avec ses quatre modules, on comprend mal ce que souhaite en faire Samsung. En effet, à 599 €, il lui faudra affronter des ténors comme le OnePlus 6T, le Honor View 10, et même le Galaxy S9 dont le prix a baissé depuis sa sortie.

samsung-galaxy-a9-modules.jpg
Quatre modules et beaucoup de questions pour le Galaxy A9.

Surtout, le GalaxyA9 ne sera vendu que chez Orange en France. Une exclusivité totale, donc, et une commercialisation seulement sur la fin de l’année, durant à peine quelques mois. Difficile, même sans avoir testé ce smartphone, de le recommander. On peut aisément se poser la question du suivi logiciel sur un smartphone qui se sera peu répandu. Du côté de Samsung, le message est que le Galaxy A9 correspond bien à l’ADN d’innovation d’Orange. Du nôtre, nous nous demandons plutôt si Samsung y croit vraiment.
 

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.