Publicité, Mozilla dénonce le « faux » bloqueur de publicité de Chrome

Google l’avait annoncé et s’est désormais chose faite, Chrome s’accompagne d’un bloqueur de publicité. Mozilla exprime ses craintes sur ce choix d’un géant car la définition même de mauvaise publicité resterait bien vague. Google ne serait pas encore prêt à toucher à ses intérêts financiers. Explications.

L’annonce avait été faite en juin 2017 et l’activation du bloqueur de publicité du navigateur Chrome a eu lieu ce jeudi 15 février 2018. Son rôle est d’interdire pour « soit disant » le confort de l’utilisateur, la mauvaise publicité. La définition de « mauvaise publicité » fait référence à des standards décidés par les géants du Web et surtout des agences de publicités. Il ne s’agit pas d’une définition issue d’un organisme  tierce mais de la Coalition for Better Ads qui comprend en autre Google, Facebook, et Microsoft et des agences de publicités. Il est clair qu’il parait difficile à des entreprises vivant grâce à la publicité de critiquer ouvertement les produits ou les formules qu’elles commercialisent.

Navigateur Chrome, son bloqueur de publicité entrera en action le 15 février 2018, bilan

Pour trouver la bonne équation, Better Ads s’appuie sur les résultats d’une étude auprès de plus de 40 000 internautes européens et américains. De là a été mis en place des références dites de « bonnes publicités » que les éditeurs Web doivent suivre sans quoi le navigateur Chrome se chargera de bloquer le contenu publicitaire. Un délai de 30 jours est accordé aux propriétaires de sites ne respectant pas ces règles. Au-delà le blocage des publicités aura activé.

La notion de « mauvaise publicité ».

Navigateur Chrome - anti-pub sur PC

Navigateur Chrome – anti-pub sur PC

Le Web est devenu en 2016 le premier media publicitaire en France, dépassant celui de la télévision. En 2017, il a représenté 4 milliards d’euros.

Mozilla note que

« Derrière ce succès, le marché a du mal à trouver un équilibre, entre intérêts des éditeurs de contenus – dont la survie dépend en partie de la publicité – et les utilisateurs – qui sont de plus en plus nombreux à utiliser des bloqueurs de publicité. Au milieu : les géants du Web, Facebook et Google en tête, qui disposent de parts de marché approchant les 80%, voire 90% sur le mobile »

Navigateur Chrome - anti-pub sur Mobile

Navigateur Chrome – anti-pub sur Mobile

Dans ces conditions, Sylvestre Ledru, responsable du bureau français de Mozilla, s’inquiète de cette prise de position des géants. La remarque est justifiée par une analyse de la notion de « mauvaise publicité » permettant d’imposer leur définition. Selon Mozilla, elle est réduite à la question des nuisances visuelles. L’aspect est important, mais serait toutefois incomplet. Pourquoi ? La publicité exploite des données personnelles sans le consentement de l’utilisateur. Est-ce là une notion de mauvaise publicité ?

Données personnelles et la mauvaise publicité

Pour Mozilla cela ne fait aucun doute. Ce type de publicité est « tout aussi envahissante, voire plus encore qu’une publicité qui nuit à la lisibilité d’un contenu ».

Sylvestre Ledru explique

« Les publicités intrusives ne se réduisent pas à une nuisance visuelle. Il faut également tenir compte de celles qui nuisent à la vie privée par un pistage excessif de l’utilisateur. […] Google va bloquer des publicités, mais ne va pas lutter contre les trackers invisibles qui sont en accord avec les standards de la ‘Better Ads Coalition’, dont l’entreprise est un partenaire clé, aux côtés de Facebook. Même l’outil de lutte contre le pistage intelligent d’Apple a mis en place des règles qui favorisent les trackers provenant des sites visités par l’utilisateur au moins une fois par jour, »

Du coup cette prise de parole de Mozilla soulève des questions intéressantes.

  • Google a-t-il vraiment l’objectif d’améliorer le confort des utilisateurs de Chrome ?
  • Pourquoi les publicités pistant les internautes ne sont pas mauvaises ?
  • Pourquoi l’analyse comportementale d’un surf sur internet, la compilation de données en provenance de plusieurs sites et l’établissement de profils ne sont pas considérés comme de la publicité intrusive ?
  • Est-ce lié au fait qu’il s’agit de modèles business importants pour ces mêmes géants ?

Enfin Mozilla explique qu’il s’agit ici que de la partie émergée de l’iceberg

« le pistage se fait principalement de manière invisible. Il est surtout utilisé pour créer des « profiles » d’utilisateurs, qui regroupent ensemble autant de données que possible afin de prédire nos habitudes, nos préférences… Et maximiser ainsi les chances que la publicité attise nos envies d’achats. C’est ce qu’on appelle, le cookie syncing. »

Source : GinjFo

 

The post Publicité, Mozilla dénonce le « faux » bloqueur de publicité de Chrome appeared first on GinjFo.