Le constructeur de GPU boudé par Apple profite de la plus grande conférence sur l’apprentissage automatique pour dévoiler l’avancé de ses travaux.Nvidia a entrainé et nourrit son intelligence artificielle –motorisée par le super calculateur maison DGX-1– à l’aide d’images réelles, provenant des capteurs de véhicules autonomes, afin que cette dernière puisse générer en temps réel des scènes réalistes. Les scènes profitent alors d’un rendu réaliste qui aurait demandé un travail important en utilisant les techniques habituelles.

Selon Bryan Catanzano, vice président de l’apprentissage automatique chez Nvidia, « les réseaux de neurones artificiels, en particulier les modèles génératifs, vont changer la manière dont les graphiques sont créés. Cela permettra aux développeurs, en particulier dans les domaines du jeu et de l’automobile, de créer des scènes à une fraction du coût traditionnel. »

La société a adapté le même concept à la danse. En analysant les images de Psy, le logiciel est capable de reproduire les pas de danse iconiques en temps réel, tout en affichant le visage d’une autre personne à la place de celui de l’artiste, à la mode deepfake. Les algorithmes ont toutefois des lacunes et une énorme marge de progression. Ainsi, les objets –comme les véhicules de la présentation– ne sont pas toujours stables, et leur forme, ou leur couleur, peut varier après quelques instants d’affichage.

Nvidia au NeurIPS