Avec l’arrivée des assistants numériques et des enceintes connectées, Google s’intéresse de plus en plus aux contenus audio. Et après avoir lancé une application Podcasts afin d’encourager les utilisateurs de smartphones Android à écouter ce format, la firme de Mountain View essaie également de réinventer la radio.

L’un des avantages des contenus audio, dont la radio, c’est qu’ils permettent de faire autre-chose en même temps, comme conduire, cuisiner, faire son jogging, etc.

En revanche, la radio est encore trop unilatérale, et le contenu est le même pour tous les auditeurs. Mais Google souhaite remédier à cela avec une fonctionnalité de Google Assistant qui, grâce à l’algorithme de Google News, compose une série personnalisée et pertinente d’extraits provenant de différents médias. C’est comme Google News, mais avec du contenu audio.

Une radio personalisée

« Cette nouvelle expérience vous apportera une liste de lecture d’actualités audio réunies à cet instant, pour vous. Il commence par une brève présentation des principales actualités et des mises à jour sur des sujets qui vous tiennent à cœur, puis se prolonge dans un contenu plus long qui approfondit davantage », explique Liz Gannes, product manager.

> Lire aussi :  Google aurait l’intention de déployer Google Assistant sur presque tous les Chromebook

« À n’importe quel moment de la journée, lorsque vous souhaitez écouter les dernières nouvelles (réveil du matin, trajet quotidien ou jogging), l’Assistant Google est prêt à vous proposer de nouvelles actualités et des mises à jour sur celles que vous avez déjà entendues. De plus, en utilisant votre voix, vous pouvez facilement demander à l’Assistant Google de sauter une info, de revenir en arrière ou de vous arrêter. »

Les produits Google

Google Home Mini

Google Home

Google Pixel 3 XL

En substance, Google veut proposer sa propre radio, avec du contenu personnalisé et pertinent à l’utilisateur d’Assistant.

Afin de créer cette fonctionnalité, Google a collaboré avec quelques médias, comme Associated Press, Hollywood Reporter ou encore South China Morning Post. Il existe également un ensemble de spécifications pour les autres organisations qui souhaitent contribuer à cette nouvelle forme de distribution de l’information.

En revanche, pour le moment, cette nouvelle expérience n’est disponible qu’aux Etats-Unis. Et seules les organisations produisant du contenu anglophone peuvent soumettre leurs émissions.