Vendredi 7 décembre, à la veille d’une journée à haut risque, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a passé en revue les blindés de la gendarmerie. 12 véhicules appuieront demain les forces de l’ordre dans Paris. Les autorités évoquent un dispositif exceptionnel. 8 000 policiers et gendarmes seront mobilisés contre 4 600 la semaine dernière. Les brigades anticriminalité de la couronne parisienne ont été rappelées. Les forces seront plus nombreuses et moins statiques, car la stratégie change. 

Samedi 1er décembre, la consigne était d’éviter les affrontements directs et d’éloigner les manifestants des lieux sensibles. Le modèle a montré ses limites. Six fois, la place de l’Étoile est occupée puis reprise par les forces de l’ordre. Samedi 8 décembre, les policiers ont pour consigne d’aller au contact des casseurs pour interpeller au plus vite le plus grand nombre. Certains syndicats de police ne cachent pas leur crainte et se montrent inquiets. Dans la capitale, plusieurs zones, dont la place de l’Étoile, la Concorde et la place Denfert Rochereau, ont été identifiées comme à risque. Dans les rues, des équipes se relaient depuis lundi pour dégager tout ce qui peut servir de projectile ou de barricade. 2 000 équipements urbains et des centaines de grilles ont ainsi été retirés. 

Le JT

Les autres sujets du JT

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.