Des palpations en pagaille, un contrôle des sacs régulier, les forces de l’ordre ont tenté d’éviter que certains manifestants soient équipés pour riposter aux blindés et lanceurs de balle de défense des polices et gendarmes. Les images de la préfecture de police de Paris sont spectaculaires. On y découvre des masques pour se protéger des gaz, des casques pour éviter les coups, des extincteurs… Mais aussi des armes offensives  : des boules de pétanque, des billes, des marteaux et barres de fer.

Photo Préfecture de PolicePhoto Préfecture de Police

Photo Préfecture de PolicePhoto Préfecture de Police

Photo Préfecture de PolicePhoto Préfecture de Police

Photo Préfecture de PolicePhoto Préfecture de Police

Photo Préfecture de PolicePhoto Préfecture de Police

Cette action des forces de l’ordre n’a pas empêché de nombreux tirs de gaz lacrymogènes aux abords des Champs-Elysées, le Drugstore Publicis de l’avenue attaqué, des vitrines brisées avenue de Friedland et avenue Marceau, une barricade enflammée sur les Grands-Boulevards où les véhicules blindés de la gendarme ont été déployés…

Des points de tension se sont soudainement créés en début d’après-midi alors que contrairement au samedi précédent aucun incident majeur ne s’était produit jusqu’à la mi-journée. La préfecture de police a décompté 30 blessés en début d’après-midi, dont trois parmi les forces de l’ordre.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.