Cacophonie avec le président ? « Il n’y a aucune cacophonie. Cette hausse (de taxes sur les carburants) n’est pas dans le budget 2019. Elle est annulée. Point ». La réponse d’Édouard Philippe est sans appel. Si mercredi dans la journée, le Premier ministre n’avait pas été clair sur l’annulation de la hausse des taxes sur les carburants pour 2019, l’Élysée a tenu a clarifié ce point mercredi en début de soirée en envoyant un SMS à des journalistes. Pour Édouard Philippe, cette annulation « c’est un geste d’apaisement. Un geste qui permet le retour au calme (…) Aucune taxe ne mérite de mettre en cause l’unité nationale ».

Acte IV des Gilets jaunes samedi. « Nous avons l’expérience de samedi dernier. L’expression de cette colère, exprimée de façon inédite vient de loin, elle s’est cristallisée et a explosé. Pour la contenir, nous allons utiliser une douzaine de véhicules blindés de la gendarmerie parce que nous avons en face de nous des gens qui ne sont pas là pour manifester mais pour casser », a affirmé le Premier ministre. Ce ne seront pas 65 000 mais 89 000 policiers qui seront déployés sur l’ensemble du territoire, dont 8000 à Paris.

Une prime pour améliorer le pouvoir d’achat. Édouard Philippe se dit à nouveau ouvert au versement « d’une prime versée par les employeurs qui pourrait être défiscalisée ». Xavier Bertrand, président la région Hauts-de-France, avait déjà proposé de mettre en place cette « prime de pouvoir d’achat » en plus des salaires et du treizième mois quand il existe. Un dialogue sera engagé dans ce sens ce vendredi entre les organisations syndicales et patronales.

Une démission ? Le Premier ministre a répondu de manière très concise. « Ma mission est d’atteindre les objectifs fixés par le président de la République. Je le fais avec le soutien de la majorité (…) et avec la confiance du président. »

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.