Avenue des Champs-Elysées, les enseignes se barricadent : 

 Bonsoir,

Il n’existe aucune carte et la situation est confuse : de multiples appels à rassemblement ont été lancés ces derniers jours par des “gilets jaunes” sur les réseaux sociaux, à divers endroits de la capitale : des Champs-Elysées à la place de la République, en passant par Bastille, Denfert-Rochereau, le périphérique, etc.

Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a déclaré aujourd’hui qu’il n’attendait “que quelques milliers de personnes [à Paris], mais dans ces personnes il y a des gens ultra-violents”. “Tout laisse à penser que les éléments radicaux vont à nouveau se mobiliser”, a-t-il insisté. 

“Gilets jaunes” : plusieurs pays inquiets pour la sécurité de leurs ressortissants

Plusieurs pays européens ont conseillé la prudence à leurs ressortissants par crainte de nouvelles violences ce week-end à Paris.

Si la plupart des capitales se bornent à des appels à ne pas s’exposer, certains Etats incitent carrément à remettre à plus tard des visites prévues pour samedi et dimanche dans la capitale française en raison de la fronde des “gilets jaunes”. C’est notamment le cas de la République tchèque, du Portugal ou de la Belgique. 

L’Allemagne en appelle simplement à “se comporter avec prudence”, en “évitant les manifestations” et “les rues impraticables”, tout comme les Italiens, auxquels il est “recommandé de faire preuve de la plus grande prudence, d’éviter les zones des manifestations, de suivre les instructions des autorités locales et si possible de limiter les sorties”.

“Gilets jaunes” : le CSA et le ministre de la culture en appellent à la “responsabilité” des médias et du public

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) en appelle, vendredi, à la “responsabilité, lourde et complexe, des médias audiovisuels”, à la veille de la nouvelle journée de mobilisation des “gilets jaunes”.

Il recommande ainsi de “ne pas diffuser d’informations susceptibles de mettre en danger les forces de sécurité et la paix civile”, et “met en garde contre toute diffusion complaisante, déséquilibrée ou insuffisamment vérifiée d’images et de commentaires qui attiseraient les antagonismes et les oppositions”.

S’adressant au public, le CSA demande “à chacun” d’être “attentif au respect du travail des journalistes et des équipes de reportage”.

Le ministre de la culture, Franck Riester, a rappelé pour sa part à l’ensemble des médias et des plates-formes de diffusion d’informations “leur responsabilité particulière, à l’heure où les fausses informations sont légion et peuvent contribuer à accroître les tensions”. “L’ensemble de la profession a un devoir de vigilance et doit toujours faire prévaloir la vérification des faits”, écrit le ministre dans un communiqué.

Le CSA a reçu une centaine de saisines autour du thème des “gilets jaunes” ces derniers jours, notamment concernant l’équilibre à l’antenne entre les différents points de vue.

La consultation du peuple fait partie des revendications largement partagées sur Facebook par les “gilets jaunes” et reprises par plusieurs responsables politiques. Qu’existe-t-il actuellement ? Que demandent les “gilets jaunes” ? 

Lire notre article sur cette question : 

Vous pouvez retrouver sur notre site notre dernier compte-rendu des événements annulés et lieux culturels, métros et magasins fermés samedi :

Bonsoir Tony, 

Effectivement, Pauline Boyer, porte-parole d’Alternatiba, l’une des associations organisatrices, indiquait ce matin sur RTL qu’il y aurait dans plusieurs villes des “convergences” entre les marches pour le climat et les manifestations des “gilets jaunes”. 

Ce sera le cas à Marseille, Amiens, Aix-en-Provence, Lille, Clermont-Ferrand, Bayonne… Dans cette dernière ville, les deux initiatives débuteront ensemble devant la mairie, samedi matin, avant de se séparer pour deux parcours différents. A Marseille, les “gilets jaunes” attendront les militants pour le climat sur le Vieux-Port. A Aix-en-Provence, une banderole jaune et verte ouvrira un cortège commun, sous le mot d’ordre “Changeons le système, pas le climat, pour la justice écologique et sociale”.

Lycéens blessés : 200 personnalités appellent au retrait du Flash-Ball

Quelque 200 personnalités – dont plusieurs députés de l’opposition de gauche –, ont appelé vendredi le gouvernement à cesser “immédiatement” d’utiliser des lanceurs de balles automatiques (Flash-Ball) pour réprimer les manifestations, en se déclarant “profondément choquées” qu’ils aient blessé des lycéens à la tête ces derniers jours.

“Les ados ne sont pas des cobayes du maintien de l’ordre. (…) Nous demandons au ministre de l’intérieur de retirer immédiatement, à titre conservatoire, les lanceurs de balles de la dotation” des forces de l’ordre, s’indigne ce collectif dans une tribune parue dans Libération, où figurent notamment le chef de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon, plusieurs autres députés LFI, mais aussi des écrivains, cinéastes, sociologues et historiens.

Par ailleurs, les députés LFI ont annoncé vendredi avoir déposé une demande de commission d’enquête parlementaire sur la “violence contre des lycéens”.

Les départements tentent d’éviter les engins incendiaires artisanaux

Une vingtaine de préfectures ont annoncé aujourd’hui interdire temporairement la vente et le transport de carburant, d’engins pyrotechniques (type pétards, feux d’artifice, fumigènes) et de produits inflammables à compter de ce soir et durant le week-end. Il s’agit d’éviter la confection d’engins incendiaires.

C’est le cas notamment des préfectures de Gironde, Haute-Vienne, Vienne, Charente-Maritime ou encore du Var. 

Dans le Maine-et-Loire, le Loiret, la Loire-Atlantique, l’arrêté vise également “la vente à emporter et le transport de boissons alcooliques” par des particuliers. L’Isère l’étend en outre à “la consommation de boissons alcoolisées sur la voie publique”.

Le préfet du Calvados a, de son côté, demandé que “les mobiliers urbains et les éléments de chantier pouvant être utilisés comme armes par destination soient retirés des espaces publics”.

Les mêmes types d’arrêtés ont été pris, pour des durées variables, en Haute-Garonne, dans les Hautes-Pyrénées, le Tarn et les Pyrénées-Orientales, où le port et le transport d’armes de chasse et de munitions sont également interdits ce week-end.

Bonsoir,

A Paris, 36 stations de métro et de RER du centre de Paris seront fermées à partir de 5 h 30 samedi par la RATP à la demande de la préfecture de police de Paris dans les secteurs suivants :

  • Invalides ;
  • Champs-Elysées ;
  • Concorde ;
  • Porte-Maillot ;
  • Trocadéro ;
  • Assemblée-Nationale ;
  • Opéra ;
  • Bastille ;
  • Hôtel-de-Ville ;
  • République.

La ligne 1 est particulièrement concernée : douze stations sont fermées dans son tronçon central entre Argentine et Bastille, à l’exception notable de Châtelet, soit quasiment la moitié des vingt-cinq stations de la ligne. Les lignes 8 et 9 sont également fortement concernées avec respectivement sept et neuf stations fermées.

Pour les RER, seules les lignes A et C subissent quelques fermetures. Les trains ne marqueront pas l’arrêt dans les stations fermées et, par conséquent, les correspondances ne seront pas assurées. 

La RATP fait savoir que la situation (nouvelles fermetures ou déviations de lignes mais aussi réouvertures) pourra évoluer dans le courant de la journée en fonction des événements et de la demande des autorités.

Enfin, à des degrés divers, 56 lignes de bus seront touchées (déviées, limitées voire non exploitées).

Le premier ministre recevra le collectif “gilets jaunes libres” ce soir à 20 h 30

La délégation du collectif, qui a appelé les “gilets jaunes” à renoncer à manifester samedi à Paris, sera notamment composée de Benjamin Cauchy, de Jacline Mouraud et de Cédric Guémy, a précisé M. Cauchy à l’Agence France-Presse.

Interdiction de manifester dans quatre communes du Nord

Le préfet du Nord annoncé, vendredi après-midi, qu’il avait décidé d’interdire les manifestations de “gilets jaunes” pendant quarante-huit heures, de vendredi soir à dimanche soir, dans quatre communes du département afin de “prévenir les risques d’incident”.

Ces interdictions ont été prononcées à Lomme, Loon-Plage, Dunkerque et Sainghin-en-Mélantois, a annoncé Michel Lalande, précisant que “toutes les forces de police et de gendarmerie seront pleinement mobilisées sur l’ensemble du département” samedi.

Bonsoir Jean-Louis,

Il s’agit d’un message qu’a diffusé en milieu d’après-midi Eric Drouet sur les réseaux sociaux. Le “gilet jaune” rapporte qu’il a été perquisitionné, sa femme auditionnée. Il n’était pas chez lui au moment de la perquisition.

Ce que nous pouvons confirmer, c’est que le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « provocation à la commission d’un crime ou d’un délit » et « organisation d’une manifestation illicite » contre lui. Eric Drouet avait appelé mercredi sur BFM-TV à “rentrer” dans l’Elysée samedi. 

Il doit être entendu par la police pour “préciser la portée des propos qu’il a tenus”. 

Un tiers des dirigeants de petites et moyennes entreprises constatent une perte sur leur chiffre d’affaires, conséquence du mouvement des “gilets jaunes”

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) s’est alarmée, vendredi, des conséquences des manifestations et blocages des “gilets jaunes” sur l’économie des TPE et PME.

Selon une étude réalisée par la CPME entre le 4 et le 7 décembre auprès de 1 710 dirigeants d’entreprise, 62% des PME et TPE (toutes zones géographiques et tous secteurs confondus) ont été touchées par le mouvement des “gilets jaunes” et 34% des dirigeants ont constaté une perte sur leur chiffre d’affaires.

Plus de la moitié des TPE et PME touchées sur leurs ventes ont constaté des pertes de plus de 10% de chiffre d’affaires du mois de novembre et pour neuf entreprises concernées sur dix, ces pertes ne pourront pas être compensées au cours des prochaines semaines.

Selon l’étude, 30% des dirigeants interrogés craignent “pour la survie de leur activité si le mouvement devait perdurer”.

Les TPE et PME ont également observé un impact du mouvement sur les retards de livraison (33%) ou sur les reports d’investissements (13%).

Par ailleurs, 43% des dirigeants interrogés se disent “partagés vis-à-vis du mouvement”, 33% y sont hostiles tandis que 20% y sont favorables.

La situation au Pouzin aujourd’hui, en Ardèche  (de notre envoyée spéciale) : 

Pour la journée de demain, les “gilets jaunes” du Pouzin (3 000 habitants) ont prévu des actions. Samedi dernier, pour la première fois, de violents affrontements avaient éclaté entre les forces de l’ordre et des “casseurs qu’on avait jamais vus jusqu’à présent”, témoignent de nombreux “gilets jaunes”. Le maire, Alain Martin, a recommandé “par précaution” aux commerçants de baisser leur rideau demain à partir de 11 heures. 

En Ardèche, le préfet a pris, pour la première fois depuis le début du mouvement, trois arrêtés préfectoraux pour interdire :

– la distribution, la vente et l’achat de carburants, à emporter en “contenant transportable” de vendredi de 8 heures à lundi 18 heures.

– la consommation de boissons alcoolisées sur la voie publique de vendredi 20 heures à dimanche 8 heures. 

– l’usage et la vente de fusées, feux d’artifice et pétards de catégories F3, F2 et T1 de vendredi 20 heures à dimanche 8 heures. 

Demain, les forces de l’ordre seront déployées en particulier à Aubenas, Privas, Annonay et Largentière.

Bonjour MyO, 

Du côté du siège de la région Auvergne – Rhône-Alpes à Lyon, une source au cabinet du président de région vient d’indiquer qu’une délégation de “gilets jaunes” est reçue par le vice-président de la région Etienne Blanc (M. Wauquiez se trouvant en déplacement dans un lycée lyonnais).

“Ils sont pacifiques, ce ne sont pas des casseurs. On leur a proposé de l’eau et ils ont exposé leurs revendications, principalement tournées vers la mise à plat de la fiscalité et la représentation populaire”, a ajouté cette source, précisant que certains exigeaient la tenue d’un référendum révocatoire du président de la République.

Nous n’avons, pour l’heure, aucune remontée sur les éventuels blessés parmi les lycéens. Nous ne manquerons pas de vous en informer. 

Des gilets jaunes appellent à ne pas se rendre à Paris

Le collectif “gilets jaunes libres”, constitué en opposition aux initiateurs du mouvement dont il juge la ligne trop radicale, a appelé à ne pas manifester à Paris ce week-end.

Représenté notamment par Benjamin Cauchy et Jacline Mouraud, ce collectif estime que manifester à Paris est un “traquenard” du gouvernement. “Le gouvernement tente de nous faire passer pour des casseurs, ce qui n’est pas le cas”, a déclaré Benjamin Cauchy lors d’une conférence de presse. “Je ne vois pas l’intérêt de venir marcher à Paris, c’est une pièce de théâtre. Or, ce n’est pas un jeu”, a, pour sa part, estimé Mme Mouraud. 

De notre journaliste sur place :

 Bonjour, 

Vous êtes nombreux à nous poser cette question, à laquelle nous ne pouvons répondre précisément. 

En effet, des dizaines d’appels à manifester à Paris se concurrencent sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours – des Champs-Elysées à République en passant par la place de la Bastille, etc.

Bonjour Elen, 

Effectivement, Emmanuel Macron se fait pour l’heure discret. Afin de “ne pas mettre de l’huile sur le feu”, le président aurait décidé d’attendre avant de s’exprimer, a fait savoir aujourd’hui Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale. Il ne devrait s’exprimer qu’« en début de semaine prochaine », selon M. Ferrand. Son intervention est réclamée par les manifestants et une bonne partie de l’opposition. 

A l’Elysée, son entourage fait savoir que le président consulte, discute, réfléchit… cherche une issue à cette crise qui menace le reste de son quinquennat et dont, en réalité, il ne sait plus comment sortir. “C’est la première fois que je vois [le président] inquiet en deux ans”, nous confiait cette semaine l’un de ses interlocuteurs réguliers. L’Elysée a les yeux rivés sur les sondages, en espérant que le recul du gouvernement désolidarisera l’opinion des « gilets jaunes »… 

 Bonjour, 

Voici le lien de l’article ci-dessous. Bonne lecture !

“Dispositif de vigilance renforcé” dans les hôpitaux de Paris ce week-end

Les hôpitaux parisiens ont mis en place pour la journée de samedi un “dispositif de vigilance renforcé”, annonce vendredi l’AP-HP (Assistance publique -Hôpitaux de Paris).

L’organisme, qui comprend 39 hôpitaux, entend anticiper d’“éventuels débordements de manifestations” lors de la mobilisation des “gilets jaunes”. Elle a prévu des “renforts médicaux et non médicaux” dans “les principaux sites d’urgences”, et des “capacités hospitalières supplémentaires” en cas de “surcroît d’activité lié à la situation”.

“Les équipes en charge de la régulation médicale du SAMU de Paris AP-HP ont été également renforcées et pourront être déployées sur les points de regroupement des victimes qu’il serait nécessaire de constituer”, précise-t-elle.

Près de 162 blessés ont été pris en charge par les hôpitaux parisiens le week-end dernier.

Bonjour Mom,

La Fête des lumières à Lyon a bien lieu et elle a commencé hier soir. 

La municipalité a évoqué un dispositif de sécurité « globalement identique » à celui qui est habituellement déployé.

Le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, avait demandé à son homologue lyonnais de l’annuler, en raison des divers mouvements sociaux qui sollicitent les forces de l’ordre.

On apprend que les grands magasins parisiens (Galeries Lafayette, BHV Marais et les enseignes du groupe Printemps) seront également fermés samedi, dans les secteurs des Champs-Elysées et de l’Opéra, mais aussi à Montparnasse et à Nation.

Retrouvez notre liste :

A Lyon, des « gilets jaunes » occupent « dans le calme » le siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Plusieurs dizaines de « gilets jaunes » – entre cinquante et cent personnes – ont pénétré vendredi en début d’après-midi dans le siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Le sit-in, qui a débuté vers 13 h 30 dans le hall du bâtiment, s’est fait « dans le calme », selon la même source.

Une délégation de « gilets jaunes » a été reçue par le président de la région, Laurent Wauquiez (Les Républicains).

Sur le mouvement lycéen qui se poursuit ce vendredi :

Le ministère de l’intérieur anticipe un niveau de violence « au moins égal » au 1er décembre, particulièrement à Paris. Et avec une hantise dans toutes les têtes : la crainte, cette fois, qu’en plus des dégradations et des violences un ou plusieurs morts soient à déplorer :

Ce que l’on sait du dispositif de sécurité prévu samedi:

Vous pouvez d’ores et déjà retrouver nos articles du jour consacrés à cette mobilisation.

N’hésitez pas à nous poser des questions sur la journée de demain. Nous tâcherons d’y répondre de la façon la plus précise possible.

Bonjour, 

Bienvenue dans ce suivi de l’actualité en direct consacré au mouvement des “gilets jaunes”, avant une nouvelle journée de manifestation en France, prévu samedi.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: