Le devenir des unités défectueuses du Galaxy Note 7 a enfin une réponse. Harcelé par GreenPeace à plusieurs reprises sur la question, Samsung a désormais un plan, le reconditionnement. Le Phablette va avoir une seconde vie et sa commercialisation va reprendre.

Le dernier phablet du géant Samsung, le Galaxy Note 7 a été à l’origine du plus important fiasco de l’histoire du smartphone. Victime d’une défaillance grave au niveau de sa batterie, l’engin a nécessité deux rappels mondiaux, un brutal arrêt de sa commercialisation et de sa fabrication et  la publication de plusieurs mises à jour dont la dernière est nommé tueuse.

Si la démarche du géant a été à la hauteur du problème afin de sécuriser les utilisateurs , la question du devenir de ces millions de smartphones s’est rapidement posée. L’association écologiste GreenPeace a même mis son pression le constructeur.

Galaxy Note 7 – Incendie lors de la charge de sa batterie

Galaxy Note 7, vers une seconde vie

Nous en savons désormais d’avantage sur les choix de Samsung. Le Galaxy Note 7 n’est pas mort et enterré. A l’origine d’une perte estimée aux alentours de 5 milliards de dollars, le smartphone a du mal à se destiner à un démantèlement. La marque opte pour un retour dans le commerce sous la forme d’unité reconditionnée.

L’opération n’est cependant pas simple. Le groupe souligne à ce sujet que ceci se fera en

 « fonction de la demande mais aussi de l’avis des autorités de régulation et des opérateurs mobiles ». 

Dans le cas où les autorisations sont obtenues, les premiers Galaxy Note 7 reconditionnés débarqueront dans des pays émergents. Nous ne savons pas si d’autres marchés sont concernés. Ces smartphones porteront le nom de Galaxy Note 7R, la lettre R soulignant le terme « refurbished ».

Cette information s’accompagne de la publication des premiers clichés. Il n’y a aucune surprise, le smartphone se présente en tout point identique à la première version, en dehors du fait qu’il ne présente plus de danger vis-à-vis de sa batterie. Cette dernière a été remplacée par une version un peu moins costaud, 3200 mhA contre 3500 mhA.

Cette démarche ne visera pas l’ensemble des stocks du smartphone. Evolués à plusieurs millions, ils seront aussi visés par des opérations de recyclage.