Les limites de l’IA semblent avoir été atteintes, tout du moins en ce qui concerne l’embauche de personnels chez Amazon. C’est la douloureuse expérience que vient de vivre le géant du e-commerce avec son programme informatique interne basé sur l’intelligence artificielle. Créé en 2014 pour des besoins de recrutement, ce dernier a du être abonné car il n’aimait pas les femmes !L’automatisation reposait sur une accélération des principes de sélection, Reuters rapporte les propos de « Graal du recrutement », autrement dit soumettre 100 profils au programme qui en ressortirait les cinq meilleurs. Le programme était capable d’examiner les CV et d’attribuer des notes d’une à cinq étoiles, un peu comme sur l’app d’ailleurs…

En 2015, le Géant s’était aperçu d’une tendance plutôt sexiste dans les notations. En effet, le système était dévié par sa propre expérience, se basant sur les candidatures des dix années précédentes, qui étaient majoritairement masculines pour les postes de développeur de logiciel ou techniques. Il en était venu à la conclusion qu’il devait rejeter ou pondérer les demandes féminines.

Malgré des modifications, le programme semblait avoir trouvé des parades pour assurer ses préférences (non mais !) amenant à sa dissolution. Le service des ressources humaines a tout de même précisé que le programme ne décidait pas des embauches et que cette sélection était un critère parmi d’autres. Quoiqu’il en soit, il ne répondait pas aux obligations de diversité et d’égalité. Voilà qui pourrait rassurer certains face à la robotisation des postes.

Source