Le 3 décembre 2018, Nokia a annoncé avoir obtenu un prêt de cinq ans d’un montant de 250 millions d’euros auprès de la Nordic Investment Bank. Son objectif : développer fortement la recherche et développement consacrée à la 5G dans les deux ans à venir.

Promise pour l’horizon 2019-2020, la 5G demande des investissements importants. En ce sens, Nokia a obtenu le 3 décembre un prêt de 250 millions d’euros auprès de la Nordic Investment Bank (NIB). Cette somme importante sera investie dans la recherche et développement consacrée à cette technologie.

L’équipementier finlandais ne veut pas perdre la course à l’innovation. La 5G est perçue par beaucoup comme la technologie de télécommunication qui va révolutionner de nombreuses activités.

Nokia se concentre sur les produits bout en bout

Nokia va donc se servir des 250 millions d’euros pour financer un programme de recherche et développement européen d’une durée de deux ans (2018-2020). Il va concentrer ses efforts au développement de solutions bout en bout adressées à différents “secteurs d’activités”.

C’est justement la variété des cas d’usage qui intéressent Nokia. Ce phénomène semble en adéquation avec les spécificités techniques de la 5G. En effet, l’augmentation de la capacité du réseau facilite son découpage virtuel. Ainsi, il permet aux opérateurs de différencier les services en fonction des besoins de leurs clients.

Nokia précise également qu’elle s’intéresse à l’Internet des Objets. Le programme de recherche a pour but d’explorer les possibilités de connexions des voitures, des appareils électroménagers ou tout autre dispositif connecté.

L’entreprise dispose de cinq ans pour rembourser le prêt contracté auprès de la NIB. La banque d’investissements veut soutenir l’innovation à l’échelle européenne. Elle estime que Nokia sera en capacité de propulser la 5G auprès des opérateurs et des acteurs industriels. La NIB mise donc sur un “ruissellement technologique”. Une vision partagée par Nokia.

« Nous sommes heureux de recevoir cet engagement financier de la NIB, qui partage notre point de vue sur la nature révolutionnaire de la 5G. Ce financement soutiendra davantage la recherche et le développement en Europe et il renforce l’élan que nous avons déjà vu cette année alors que l’ère de la 5G ne fait que débuter. », déclare Kristian Pullola, CFO, Nokia.

La 5G comme nouveau tremplin économique

Pour l’équipementier finlandais, il s’agit d’aligner la recherche et le développement avec sa nouvelle stratégie. En début de semaine dernière, l’entreprise annonçait la réorganisation de son activité en rassemblant ses filiales fixe et mobile en une seule division : Access Networks.

Trois après le rachat d’Alcatel Lucent, elle compte bien redresser la barre. Le plan d’économie de 1,2 milliard d’euros commencé en 2017 devrait se terminer cette année. En février dernier, les syndicats avaient approuvé la suppression de 600 postes en France.

Pour rappel, Nokia a fait de la France son pôle d’excellence en nouvelles technologies. Près de 2000 ingénieurs répartis dans deux centre R&D Nokia ( dont 1700 à Paris Saclay, 91) et (Lannion, 22) travaillent au développement de la 5G.